Association nationale des assistants de service social

Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Fragilité et travail social : Un questionnement professionnel et éthique




La fragilité est une et multiple,  elle est présente chez le nouveau-né et à l’extrémité de la vie. Vie qui compte pour Shakespeare sept Âges (The seven ages of the man).  Entre ces deux étapes diverses situations  sont susceptibles de se cumuler : médicales, psychologiques, économiques, environnementales, politiques et sociales,  qui peuvent être à l’origine de la fragilité. Toute personne a  sa fragilité, mais à des degrés divers.

Il est souvent employé le mot vulnérabilité au lieu et place de fragilité. La  vulnérabilité est universelle, elle est liée à notre condition humaine. La vulnérabilité est aussi sociale, elle implique l’ensemble de la société et son fonctionnement.

La notion de fragilité sociale, peut faire l’objet de critiques analogues à celles adressées à l’exclusion sociale. Les usagers ou les personnes ont rencontré dans leur parcours des accidents de la vie, des ruptures…. La notion de fragilité semble désigner une incapacité à faire face à des situations de ruptures non maîtrisées  par les acteurs. Ce processus peut s’aggraver rapidement en l’absence de ressources, de réseau relationnel, de difficultés de compréhension du système, et autres.

La fragilité peut trouver ses racines dans la précarité et réciproquement. Par exemple une personne ayant un problème de santé ou d’emploi peut être fragile et devenir et/ ou  vulnérable et  tomber dans l’isolement,  dans la précarité, l’inadaptation, et  l’exclusion.

Le contexte sanitaire du Covid 19 entraîne une fragilité d’une partie de la population. On a coutume de montrer que les enfants, les  personnes âgées sont fragiles  mais ils ne sont pas les seuls.

Pour Robert Castel « La fragilité, est la sphère de vulnérabilité », soulignant la fragilité des liens sociaux : «  la vulnérabilité  associe précarité du travail et fragilité relationnelle » . Ainsi plus  d’un salarié sur deux est en situation de fragilité professionnelle ou personnelle.

N’est- ce pas là,  la situation des personnes que l’on accompagne en service social ?  Que ce soit la mère isolée sans abri avec son bébé, la femme victime de violences conjugales, l’homme sans emploi, le père alcoolique, les jeunes en rupture…

Cette notion de fragilité sociale ne devrait-elle pas ouvrir à :
  • Une nouvelle perspective d’action sociale, afin d’éviter l’exclusion ou  de prévenir un engrenage rapide ?
  • Une méthodologie plus spécifique de l’accompagnement ? Pourquoi  ne pas protéger, seconder et soutenir  selon les secteurs d’activités ?
  • N’entraine- t-elle pas une responsabilité éthique du travail social ?
Ce sont des questions auxquelles nous essayerons de répondre dans ce dossier  qui se compose de trois parties :
1° Une analyse des concepts de fragilité, de vulnérabilité.
2° Un exposé, des différentes situations où le concept est le centre.
3° Des actions  plus ou moins innovantes en travail social en soulignant la place de l’éthique.
 
Coordination : Christine WINDSTRUP et Marie-Geneviève MOUNIER (comite.redaction.rfss@anas.fr )
 
Calendrier : Réception des articles finalisés pour le 30 janvier 2021

Indications pour contributeurs disponibles sur la page de présentation de la revue.

Dimanche 15 Novembre 2020




Notez

Présentation des numéros | Extraits de la revue | Appels à contribution | Numérisation / archives