Menu

Depuis la fin de la semaine dernière, le DAL de la Somme se mobilise pour comprendre les difficultés vécues par les professionnels de l'action sociale et mieux comprendre et analyse les réalités des personnes à la rue.

Le président a parlé, la règle est claire : « RESTEZ CHEZ VOUS » Pas si simple quand on pas de chez soi ! Pas si simple quand on est dépendants des associations, des hébergements d'urgence, des lieux d'accueil de jour...

- Comment faire pour limiter les déplacements quand l'endroit où l'on dort n'est pas l'endroit où prendre un repas, où avoir son traitement ?

- Comment faire pour rester confiner quand sa place d'hébergement n'est garantie que quelques jours (quand tu as la chance d'en avoir une) ?

A Amiens, nous avons observé que des mesures ont été prises pour faire face à cette situation.

Les femmes et les enfants qui étaient sans solution en journée peuvent rester sur leur lieu d'hébergement et ainsi ne pas être à la rue. Les femmes et les hommes seuls quant à eux continuent de bénéficier de l'accueil de jour de la Passerelle.

Les places d'hébergement d'urgence sont attribuées pour une semaine pour limiter les déplacements Des mesures non négligeables mais qui interrogent un autre point :

- Quelles mesures sont prises pour aider et renforcer les équipes qui ont vu leur activité s'accroître ?

- Quelles mesures sont prises pour protéger les travailleurs sociaux qui continuent à travailler (jour et nuit) auprès de ce public vulnérable ?

Beaucoup d’entre eux, malgré les interdictions explicites du gouvernement, relayées par Mr RAMELET, directeur de la D.D.C.S sont contraints d'aller en visite à domicile, de passer de chambre en chambre, de logement en logement...

- Peut-t-on garantir que leur santé n'est pas menacée ? Est-t-elle moins importante que ces contrôles ? D’autres font face à une recrudescence de la fréquentation des lieux d'accueil. Sans aucun moyen de protection pour la plupart d'entre eux.

Les travailleurs sociaux disposent-t-ils d'une immunité sanitaire dont on aurait oublié de nous parler ?

Les nouvelles personnes ne cessent d'affluer, venant d'autres villes, d'autres pays. Que leur répondre ?

- L'heure n'est pas à l'itinérance mais peut-t-on vraiment se permettre de renvoyer quelqu'un qui demande à être mis à l'abri ?

- Comment rendre efficace le confinement si de nouvelles personnes arrivent perpétuellement ?

- Si certaines d'entre elles ne parviennent pas ou refusent à se maintenir au motif de difficultés diverses ?

- Si les équipes ne sont pas suffisamment conséquentes pour aider et accompagner les personnes dans cette phase inédite ?

- Comment assurer la continuité de l'hébergement d'urgence tout en assurant la protection des personnes accueillies et des salariés ?

Nous demandons donc :

L'arrêt immédiat et sans condition de toutes les visites à domicile sur les structures d'hébergement au profit d'appels téléphoniques quotidiens pour s'assurer de l'état des personnes accueillies (conformément aux instructions de Mr RAMELET)

Le gel des effectifs dans les structures d'accueil collectif (Passerelle, Avenir, Croix Rouge...) pour une réelle efficacité du confinement pour les personnes déjà accueillies ;

Le redimensionnement de ces structures pour permettre un accueil dans le respect des mesures barrière ;

L'ouverture sans délai de lieux d'accueil qui permettent un filtrage et un confinement efficace (logements diffus, hôtel ou petites structures ouvertes 24h/24h) accessibles à tous les nouveaux arrivants sans distinction avec une capacité d'accueil restreinte un dispositif relais pour les prestations auxquelles n'ont plus accès les personnes à la rue (douches, repas...)

Le renfort des équipes d'accueil de jour et de nuit avec mise à disposition de moyen de protection leur permettant d'appliquer efficacement les mesures barrière (redéploiement des salariés des différentes associations actuellement en réserve à domicile),

Le renfort d'une équipe médicale et paramédicale qui prenne en considération les difficultés spécifiques du public (addiction drogue/alcool)

Des consultations en direct des équipes de terrain afin de connaître leurs besoins réels

Ce communiqué n'a pas pour objectif de lancer une polémique mais a pour objectif d'obtenir des réponses concernant les préoccupations des personnels et des personnes fragilisées. Sur Amiens et ailleurs, les bonnes volontés souhaitent que les dispositifs initiés par l'état avec l'appui des associations et du CCAS se déroulent dans les meilleures conditions.

Ces mesures sont INDISPENSABLES pour protéger les personnes, les salariés mais également le reste de la population.

L'équipe du DAL de la Somme.



Le Lundi 23 Mars 2020 | Commentaires (0)

La Section PICARDIE vous invite à trouver ci- joint la contribution du Comité Consultatif National Ethique (CCNE) sur les enjeux éthiques face à la pandémie.



Le Mercredi 18 Mars 2020 | Commentaires (0)

Le gouvernement va contingenter le nombre de places d’accueil en Belgique pour les adultes français handicapés. Et débloquer 90 millions d’euros sur trois ans pour développer des solutions alternatives en France.



Le Lundi 21 Octobre 2019 | Commentaires (0)

Le nouveau formulaire de demande aux maisons départementales des personnes handicapées Cerfa N°15692*01 est entré en vigueur le 1er mai 2019.


Cette vidéo présente l'essentiel de ce nouveau formulaire:
https://www.dailymotion.com/video/x64wzb6?playlist=x4s6cv

Le Samedi 11 Mai 2019 | Commentaires (0)

Surchargés de cas, soumis à une pression « insupportable » pour fermer leurs dossiers le plus rapidement possible, les travailleurs sociaux sont souvent incapables de répondre aux demandes de services, ce qui « porte préjudice à la sécurité des enfants ».



Le Samedi 11 Mai 2019 | Commentaires (0)

A partir du 1er de novembre 2019, le dispositif de la CMU-C sera modifié.
Pour en savoir plus sur les évolutions prévues: http://www.cmu.fr/faqreformecmuc.php



Le Samedi 11 Mai 2019 | Commentaires (0)

Depuis le 2 avril 2019, des perruques de qualité pourront être remboursées par
l’assurance maladie sans reste à charge pour les patients atteints de cancer.



Le Samedi 11 Mai 2019 | Commentaires (0)

Le journal le Parisien nous explique que « les femmes seules avec enfants ont investi les ronds-points dès les premières heures de vie du mouvement des gilets jaunes » . Elles sont victimes de la baisse du pouvoir d’achat, et subissent pour certaines un autre fléau : le non-respect du paiement des pensions alimentaires qui leur sont dues. Christelle Dubos rappelle de son coté qu’une famille sur cinq en France est monoparentale et que 85 % d’entre elles sont composées de femmes qui élèvent seules un ou plusieurs enfants. Légalement, le mauvais payeur, qui est très majoritairement un homme, peut-être condamné mais peu de procédures sont lancées. Le groupe de réflexion « Terra Nova » pense qu’il serait utile de mettre en place une agence de paiement sur le modèle québecquois. Les sommes dûes sont versées par l’agence et c’est elle et non la femme seule qui assure le recouvrement de la pension alimentaire. Pourquoi pas ?



Le Samedi 11 Mai 2019 | Commentaires (0)

A l’issue d’une visite de dix jours en France, la rapporteure spéciale de l’ONU sur le droit au logement constate que « de nombreuses personnes n’ont même pas accès aux services d’hébergement d’urgence les plus basiques. »



Le Samedi 11 Mai 2019 | Commentaires (0)

"Une greffière de Saint-Etienne est poursuivie pour avoir divulgué des éléments sur une enquête impliquant l’un de ses cousins, placé en détention provisoire pour "tentative de viol".



Le Samedi 11 Mai 2019 | Commentaires (0)

"Chaque réforme du code de l’entrée et du séjour prévoit son lot de restrictions de la vie privée des migrants et du secret professionnel sensé, comme pour tout un chacun, les protéger.

La loi Collomb du 10 septembre 2018 ne déroge malheureusement pas à la règle. Ainsi en est-il de son article 13 qui prévoit que le SIAO « communique mensuellement à l'Office français de l'immigration et de l'intégration la liste des personnes hébergées » au titre de l’hébergement d’urgence « ayant présenté une demande d'asile ainsi que la liste des personnes ayant obtenu la qualité de réfugié ou le bénéfice de la protection subsidiaire. » Elle fait suite à la désormais tristement célèbre circulaire du même ministre –en date du 12 décembre 2017- par laquelle il demandait aux préfets de constituer des équipes chargées de se rendre dans l’ensemble des structures d’hébergement d’urgence afin de recueillir des informations sur la situation administrative des personnes qui y sont accueillies."

Lire la suite: https://secretpro.fr/blog/christophe-daadouch/secret-professionnel-etrangers-2019


Un sujet qui nous a été "déposé" il y a plusieurs mois à la Section PICARDIE. N'hésitez pas à venir en échanger lors de nos réunion de sections...

Le Samedi 11 Mai 2019 | Commentaires (0)

C'est un réseau collaboratif créée par un assistant social qui veut fluidifier la circulation de l’information entre acteurs du secteur sanitaire et social pour en finir avec la galère des répertoires introuvables.


Tester la plateforme: 
https://www.lum1.fr/


 

Le Samedi 11 Mai 2019 | Commentaires (0)

Hizy.org est une plateforme digitale tout-en-un pour les personnes à besoins particuliers et leurs aidants. Projet innovant à but non lucratif, hizy.org propose de l’information gratuite et des services payants, ainsi que l’accès à des communautés de partage d’expériences, pour tous ceux qui sont concernés par le handicap, la maladie ou le grand âge.


Vous connaissez "Hizy"?
Exemple:
La rentrée scolaire, pour un enfant porteur de handicap ou d’une maladie chronique, se prépare des mois à l’avance. PAI, PAP, PPS (projet d’accueil individualisé, plan d’accompagnement personnalisé, projet personnalisé de scolarisation) : pour qui, à quoi ça sert, comment faire, le point en image sur ces dispositifs enfant scolarité.
-> https://hizy.org/fr/dataviz/rentree-scolaire-enfant-handicape-dispositifs-a-connaitre
 

Le Samedi 11 Mai 2019 | Commentaires (0)

Un article de Rory Truell, secrétaire général de la Fédération internationale des travailleurs sociaux paru dans The GUARDIAN le 19 Mars 2019, à l'occasion de la Journée mondiale du travail social

https://www.theguardian.com/society/2019/mar/19/social-workers-more-than-just-pick-up-piece


Traduction: 
Trop souvent, les services sociaux sont conçus comme des portes tournantes. Ils se concentrent sur les personnes en crise qui, lorsque les symptômes de l'urgence se sont apaisés, sont directement renvoyées à la situation stressante qui a causé tous les dégâts - un cycle douloureux, coûteux et tragique.
Dans les services sociaux formels, on s’efforce peu d’aider les gens à transformer leur environnement afin de fournir un soutien et un amour continus, sans parler de les amener à devenir des défenseurs de leurs droits. Cependant, en dehors de ces limitations, les travailleurs sociaux soutiennent les connexions dans les communautés conçues pour durer toute la vie des gens. Dans de nombreux pays, nous appelons cela «travailler au-delà des services». Il existe d'innombrables exemples dans le monde entier.
Le travail social est en plein essor dans le monde entier - parce qu'il a fait ses preuves
À l'âge de neuf ans, Nadine a été retrouvée abandonnée après des funérailles à Lusaka, en Zambie. Son dernier membre de la famille était décédé du VIH. Avec l'aide de travailleurs sociaux, elle a eu la possibilité de fonder une nouvelle famille et une nouvelle communauté au Empowerment Village. Onze ans plus tard, elle a étudié les sciences sociales à l'université parce qu'elle voulait façonner le monde pour devenir un meilleur endroit.
Sujan, de Dacca, au Bangladesh, a ramassé des sacs en plastique dans une décharge pour les revendre. Très jeune, il a été écrasé par un bulldozer et a perdu une jambe. Grâce au soutien de travailleurs sociaux qui ont aidé 600 récupérateurs de déchets à devenir un collectif reconnu, fondé sur les droits, Sujan est maintenant un tailleur et soutient activement le collectif et ses objectifs.
Susan de Glasgow a rejoint un collectif écossais de 2 500 personnes ayant bénéficié de l'aide de l'État; ils se soutiennent et défendent leurs droits. Le mois dernier, elle et d’autres membres collectifs ont rencontré le premier ministre écossais et ont fait pression avec succès pour une campagne nationale visant à lutter contre la stigmatisation à laquelle font face les personnes qui abandonnent les soins.
Jamshid, originaire de Téhéran, en Iran, était accro à l'héroïne pendant 10 ans, mais il est aujourd'hui psychologue qualifié et membre actif d'une communauté de 2 500 personnes qui aide les autres toxicomanes à trouver un sens, une direction, une communauté et à être fiers de leur vie sans drogue.
 
Toutes les histoires de ces jeunes partagent un élément commun: ils appartiennent à une communauté basée sur l’amour, le soin et la responsabilité envers les autres, avec un accent particulier mis sur la défense de leur position dans la société. Dans chaque cas, les membres du collectif sont traités avec la même dignité et les mêmes droits que tous les autres. Ils sont encouragés à influencer ce qui se passe dans le collectif et à assumer des rôles de leadership.
Les membres de ces collectivités parlent de manière confidentielle, compétente et convaincue de leurs aspirations à un monde dans lequel toutes les contributions sont reconnues, quels que soient leur lieu de naissance et les difficultés qu’ils ont subies. Leurs membres savent qu'ils appartiennent, ils ont des gens qui les aiment, ils ont une place fièrement et un rôle dans la construction d'un monde meilleur.
En coulisse, les travailleurs sociaux travaillent au-delà de leurs obligations déjà exigeantes et des limites des attributions des services sociaux. Ils organisent des réunions dans les communautés pour identifier les préoccupations communes, aider au développement de chartes et lier les collectifs aux ressources.
«C’est l’aspect autonomisation du travail social», explique Hassan Mousavi Chelak, président de l’Association iranienne des travailleurs sociaux. «Pour un travailleur social, rien n'est plus satisfaisant que de voir sa personne utiliser les mêmes principes de travail social pour aider les autres et que le cycle se poursuive dans toute la communauté. Quand nous voyons cela, nous savons que notre travail a été fructueux. "
Dans de nombreux pays, le soutien des travailleurs sociaux à la création de collectifs aimants et actifs est loin d’être facile, en particulier lorsque les agences pour lesquelles ils travaillent sont souvent privées d’amour et évitent toute discussion sur le changement social. Cela conduit les travailleurs sociaux à se sentir piégés et épuisés par les limitations bureaucratiques qui compromettent leur éthique professionnelle. Mais beaucoup trouvent également des solutions à ce problème et, lorsqu'ils le font, l'approche est le travail social à son meilleur.
 
La Journée mondiale du travail social [de mardi] a pour thème la promotion de l'importance des relations humaines. La Fédération internationale des travailleurs sociaux (IFSW) met en avant le rôle de ceux qui travaillent au-delà des services sociaux.
Lors de la Journée mondiale du travail social et chaque jour, nous voulons que le développement de la communauté et des collectifs - où tous les membres ont la même voix et où l’on trouve des relations et une direction qui durent toute la vie - figurent à l’ordre du jour de chaque service social. Laissez les assistants sociaux faire leur travail en promouvant et en réalisant des relations humaines qui font progresser l'amour, le bien-être et les droits de tous.

Rory Truell, secrétaire général de la Fédération internationale des travailleurs sociaux



 

Le Samedi 11 Mai 2019 | Commentaires (0)

Les bénéficiaires d’un service social sont amenés à communiquer de nombreuses informations personnelles aux organismes publics ou associatifs. Afin de garantir le respect de leur vie privée et la confidentialité de leurs données, la CNIL propose un kit d’information à l’attention des professionnels qui accompagnent ces publics.


https://www.cnil.fr/fr/travailleurs-sociaux-un-kit-dinformation-pour-proteger-les-donnees-de-vos-publics

Le Vendredi 8 Mars 2019 | Commentaires (0)

Le Centre d'Animation de Ressources et d'Information sur la Formation (CARIF) et Observatoire Régional Emploi Formation (OREF) des Hauts de France vous propose une vidéo pour vous informer sur les principales mesures qui vous impacteront dans le cadre de la réforme de la formation professionnelle: le CPF, les formations certifiantes, la transition professionnelle, le CEP, l'action de formation, France Compétences et opérateurs de compétences.

Pour la visionner:
https://www.youtube.com/watch?time_continue=3&v=9QGpKKnzvzA

Retrouver ici la vidéothèque du C2RP sur la réforme de la formation professionnelle:
http://www.c2rp.fr/videotheque-de-la-reforme-de-la-formation-professionnelle



Le Dimanche 17 Février 2019 | Commentaires (0)

La Fédération Internationale des Travailleurs Sociaux et le Centre Universitaire pour la Santé et la Cognition de l’Université Bath Spa (en association avec le Département du Travail Social de l’Université d’Ulster) ont convenu d’un protocole d’accord qui servira de base à un nouveau partenariat de recherche visant à mettre en lumière l’environnement de travail quotidien des travailleurs sociaux du monde entier.


Pour en savoir plus: https://dubasque.org/2019/02/12/une-enquete-mondiale-sur-les-travailleurs-sociaux/?fbclid=IwAR354CIlA_b3-gWa3fDY5nVugAkzNW01DmU_aTtfyKoQMfm65EcxAP-EHL4



Le Dimanche 17 Février 2019 | Commentaires (0)

Le PREFAS Hauts- de- France a récemment présenté à l'APRADIS les résultats d’une étude régionale sur les impacts du nouveau cadre réglementaire de mise en œuvre de l’alternance intégrative pour les formations du travail social de niveau III.
Cette étude commandée par la DRJSCS Hauts-de-France a été menée auprès d’étudiants, de professionnels et de cadres pédagogiques.



Le Dimanche 17 Février 2019 | Commentaires (0)

La Section Picardie de l'ANAS vous souhaite une belle année 2019 et vous propose à cette occasion de partager le message de nouvelle année de la Présidente européenne de l'IFSW:

"Chers travailleurs sociaux partout en Europe !

Aujourd'hui, alors que vous vous réunissez tous avec votre famille et vos amis, je souhaite à tous une bonne et heureuse année.

En regardant en arrière sur 2018, je pense sincèrement que nous avons de nombreuses raisons d'être très fiers de nos réalisations professionnelles. De ces succès et expériences, nous tirerons la force et la motivation face aux défis de l’année prochaine 2019.

L'année écoulée a été difficile. Les problèmes sociaux et économiques de nombreuses personnes en Europe ont été exacerbés par les décisions politiques prises par nos gouvernements et les ressources pour l'assistance et les services de travail social ont encore été réduites.

Ce qui a fait la différence cette année, c’est que des travailleurs sociaux de différents pays d’Europe se sont mis en contact, ont partagé leur expérience et amélioré le résultat de leur influence sur les décisions politiques. Cette année, dans de nombreux pays européens, des travailleurs sociaux sont sortis de la rue, donnant la parole aux personnes marginalisées et vulnérables de nos sociétés. Ils ont participé à des événements et à des séances de travail de leurs parlements nationaux et ont coopéré avec les médias. Les travailleurs sociaux sont une force motrice active de la société civile - de l'Islande à la Grèce, du Portugal à la Finlande, de la Roumanie à l'Arménie et partout dans le monde, où les droits de l'homme sont méconnus et la dignité humaine violée.

Il n'y a pas d'erreur dans notre message: L'implication des travailleurs sociaux est une condition pour une protection sociale durable et une croissance économique pour tous!

Nos organisations membres européennes font partie d'une communauté professionnelle active. Leurs activités ont rendu la profession plus visible, plus pertinente dans le débat politique, plus innovante, dynamique et prête à répondre aux besoins de nos clients.

En tant que travailleurs sociaux, vous avez contribué à ces réalisations. Votre engagement est la garantie la plus importante pour le succès de notre travail. Vous aidez et responsabilisez les gens, vous favorisez leur développement et vous défendez leurs droits. Vous créez le cadre pour l'origine de la résilience.

En tant que travailleurs sociaux, vous êtes unique et absolument essentiel pour faire la différence et améliorer la vie des gens.

Je suis incroyablement fier et reconnaissant d'être dans la position privilégiée pour diriger IFSW Europe et prendre position pour les travailleurs sociaux partout en Europe. Ensemble, nous continuerons à faire du monde un endroit meilleur pour tous.

Au nom de l’Exécutif d’IFSW Europe, je vous souhaite de bonnes vacances et une bonne année 2019.

Ana Rădulescu, Président IFSW Europe"


Source: https://www.ifsw.org/fr/new-year-message-from-ifsw-european-president/

Le Vendredi 4 Janvier 2019 | Commentaires (0)

S’appuyant sur différents travaux réalisés par l’Inspection générale des affaires sociales ou par d’autres institutions, ce rapport présente une réflexion sur la notion d’accompagnement social, très souvent utilisée dans le cadre des politiques de solidarité, mais avec des sens multiples (aide aux démarches administratives, prévention du surendettement, guidance familiale, hébergement d’urgence, soutien dans la recherche d’emploi, etc.).

Le rapport approfondit l’examen de quelques politiques d’accompagnement emblématiques, et rend compte des paroles d’usagers, de professionnels et de chercheurs, en croisant différentes approches (historiques, sociologiques, économiques, etc.).

Il dresse ainsi un état des lieux des politiques d’accompagnement social dans notre pays à l’issue des transformations profondes qu’elles ont connues depuis les années 1980  ; il porte également un regard sur les moyens qui lui sont consacrés et sur les finalités poursuivies. En quoi consistent ces accompagnements  ? Au bénéfice de quelles populations  ? Que disent les évaluations  ? Qu’en pensent les personnes concernées  ? Quels sont les besoins peu couverts et les pratiques émergentes  ?

Le rapport interroge la place de l’accompagnement individuel par rapport aux approches collectives, la césure entre les accompagnements social et professionnel, ainsi que la démultiplication de ces formes d’intervention.

Il formule enfin un ensemble de recommandations visant à renouer avec l’ambition émancipatrice initiale de l’accompagnement social, en cohérence avec les objectifs de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté récemment présentée par le Gouvernement.

Compte tenu du partage des responsabilités entre l’État et les collectivités territoriales en matière de cohésion sociale, le rapport plaide notamment pour une contractualisation entre les acteurs, dans une logique d’investissement social."


http://www.igas.gouv.fr/spip.php?article711

Le Mardi 18 Décembre 2018 | Commentaires (0)

"Bayard Presse vient de publier le livret Stop aux violences sexuelles faites aux enfants, écrit par Gwénaëlle Boulet, rédactrice en chef d’Astrapi et Delphine Saulière, rédactrice en chef de J’aime Lire, et sobrement illustrées par Marie Spénale. Une quinzaine de pages glissées dans les 400 000 exemplaires des magazines jeunesse de novembre (et téléchargeable en PDF ici) et destinées à une lecture par les enfants (de 7 à 12 ans) eux-mêmes. « Drôle d’entraîneur », « Un tonton pas si gentil », « Hugo se fait piéger sur Internet » : trois saynètes exposent assez clairement et sans choquer le jeune lecteur, ce qu’est une agression sexuelle, un attouchement, un prédateur. Pour chaque cas, l’enfant est informé de la réaction à avoir s’il est confronté à la même situation. C’est précis, efficace et chaque mot a été rigoureusement pesé par les auteures." (Julia Vergely, le 27/11/2018 pour Télérama)



Le Mardi 4 Décembre 2018 | Commentaires (0)




Partager ce site

   
     
Rss
Facebook