Association nationale des assistants de service social

Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

THE ROLE OF SOCIAL WORK IN SOCIAL PROTECTION SYSTEMS: THE UNIVERSAL RIGHT TO SOCIAL PROTECTION




Information Type: PolicyTopic: Social Protection
October 3, 2016 - Adopted at the IFSW General Meeting 2016, Seoul, Korea.

 
 « 73% de la population mondiale n'a pas accès à la protection sociale ou a un accès très limité à celle-ci, ce qui a pour conséquence de perpétuer l'extrême pauvreté et les difficultés dans la vie de la majorité des habitants du monde", (OIT (2014) Rapport mondial sur la protection sociale 2014/15)
 
La sécurité sociale est un droit humain inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l'homme et dans le Pacte des droits économiques, sociaux et culturels. Les États ont l'obligation de fournir un niveau minimum de bien-être et de soutien social à tous les citoyens. La recommandation 202 (2012) de l'OIT concernant la mise en œuvre des planchers de protection sociale au niveau national définit un niveau minimum de protection sociale comme un droit à la sécurité sociale. Mais les gouvernements sont libres de concevoir et d'organiser leurs systèmes nationaux de protection sociale.
 
Ce document a été réalisé suite à la motion de l'Assemblée générale de l'IFSW de 2014 demandant une politique sur "Le rôle du travail social dans le socle de protection sociale".
Ce document d'orientation comprend deux parties : La première traite de la nécessité pour toutes les personnes d'avoir accès à des systèmes de protection sociale compétents. La seconde partie est consacrée au rôle des travailleurs sociaux qui travaillent avec les personnes engagées dans ces systèmes. Les deux parties avancent que la compréhension du travail social situe la protection sociale dans le contexte plus large d'un modèle de développement social qui rend la protection sociale transformatrice, conduisant à des résultats économiques positifs, à des sociétés plus durables, stabilisées, résilientes et harmonieuses.

Partie I :

Le rôle des systèmes de protection sociale dans le développement social durable

 
Questions préoccupantes
 
La fourniture d'une protection sociale est traditionnellement considérée comme un moyen d'atténuer les effets de l'insécurité, de la mauvaise santé et de la vulnérabilité économique et sociale, et peut contribuer à préserver le niveau de vie de base pour tous. La protection sociale réduit les craintes et donne l'assurance et la confiance que ces problèmes n'entraînent pas un appauvrissement supplémentaire. Des débats plus récents ont soulevé la question de savoir si cette perspective traditionnelle alimente un modèle de dépendance ou s'il est possible de construire des systèmes de protection sociale qui soient socialement transformants en réduisant les inégalités et en instaurant la justice sociale.
 
Les systèmes de protection sociale devraient avoir un effet préventif et durable, en renforçant la résilience des individus, des familles et des communautés et en améliorant la capacité à réagir aux risques de la vie.
 
La protection sociale devrait améliorer la qualité de vie des populations vulnérables qui vivent dans des situations précaires et qui peuvent n'avoir que peu ou pas de ressources pour les aider à traverser les crises et les catastrophes qu'elles peuvent rencontrer sur leur chemin de vie. Les dépenses inattendues, notamment les problèmes de santé, les décès, le chômage, la perte des moyens de subsistance, les déplacements forcés liés à des conflits violents ou à des catastrophes environnementales, et les expulsions en raison de projets de développement, posent de graves problèmes pour le maintien de la qualité de vie et du bien-être. Dans de tels cas, la protection sociale apporte la sécurité et les moyens de faire face aux besoins urgents des personnes.
 
Mais ce n'est pas la seule fonction des systèmes de protection sociale. Ils doivent également promouvoir la réalisation des droits de l'homme fondamentaux et contribuer de manière décisive à l'instauration de la justice sociale. En outre, la protection sociale contribue à stabiliser le développement économique, car il a été démontré que pour chaque dollar dépensé en protection sociale, l'économie en retire trois. Lorsque les gens deviennent autonomes, ils s'engagent dans l'activité économique, ce qui entraîne une augmentation des résultats sociaux et économiques. Un système de protection sociale complet contribue à la réduction de la pauvreté, à la diminution des inégalités, à la cohésion sociale et jette les bases d'un développement économique socialement durable (Basu & Strickler, 2013).
 
Cette  politique est conforme à la politique antérieure de l'IFSW :
 
-Définition internationale du travail social (2014)
-Les déclarations politiques de l'IFSW, telles que celles sur le handicap, les enfants, la santé, le VIH/SIDA, qui appellent à la promotion de la protection sociale ;
-L'Agenda mondial pour le travail social et le développement social (2012) mentionne explicitement l'Initiative pour un socle de protection sociale.
La base de valeurs de la protection sociale est largement acceptée au sein des Nations unies et de ses diverses organisations, dans les professions de santé et sociales, la société civile et auprès de nombreux politiciens, mais la pratique de la protection sociale fait l'objet de débats politiques controversés et l'opérationnalisation et la mise en œuvre produisent une grande variété de systèmes de protection sociale dans différents pays. Des systèmes de protection sociale complets offrent une protection universelle et, ce faisant, répondent à différents besoins et à différents segments de la population. Ils peuvent comprendre différents régimes et divers types de programmes. Le financement peut être de nature fiscale ou contributive. Le versement des prestations sociales peut être uniforme pour tous ou être soumis à une condition de ressources. Les programmes peuvent être universels ou ciblés sur des groupes spécifiques. Le versement des prestations sociales peut être accordé sans condition à tous ceux qui remplissent les critères fixés (tous les enfants de famille pauvre) ou il est lié à des conditions (par exemple, les enfants vont à l'école et sont vaccinés).
 
En outre, les systèmes de protection sociale tels que ceux décrits dans le concept de planchers de protection sociale ne sont pas des concepts figés. Les systèmes de protection sociale sont développés étape par étape, en réaction à de nouveaux groupes de population et à de nouveaux risques émergents.
 
Il en résulte que les systèmes complets de protection sociale sont très divers dans les différents pays et que les systèmes de protection sociale ont tendance à être compliqués. La variété et la complexité croissantes des assurances, des régimes et des programmes, des lois et des règlements, des procédures administratives et des décisions bureaucratiques font souvent appel aux services sociaux comme lien entre l'administration sociale d'une part et les habitants qui demandent des services sociaux et les demandeurs de prestations d'autre part. Les services sociaux ont une multitude de tâches à accomplir, qui peuvent également inclure la navigation dans des systèmes de protection sociale complexes.
 
Contexte
Il y a plusieurs décennies, le droit à la sécurité sociale a été inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l'homme (1948) et dans le Pacte des droits économiques, sociaux et culturels (1966).
 
Néanmoins, le Rapport mondial sur la protection sociale 2014/15 de l'Organisation internationale du travail (OIT) intitulé "Bâtir la reprise économique, un développement inclusif et la justice sociale" montre qu'environ 73 % de la population mondiale n'a pas accès aux systèmes de protection sociale ou n'y a qu'un accès très limité, ce qui signifie que trois personnes sur quatre dans le monde vivent dans l'insécurité sociale, voire dans l'extrême pauvreté, et n'ont pas accès à une protection sociale complète lorsqu'elles perdent des revenus en raison d'une crise personnelle, économique ou environnementale. Par exemple, s'il n'y a pas de services de santé accessibles et abordables pour tous, tomber malade est un grand risque de perdre son emploi ou ses moyens de subsistance, son logement et sa scolarité. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que chaque année, 100 millions de personnes tombent dans la pauvreté en raison de coûts de santé inabordables.
 
L'obligation d'étendre la sécurité sociale, qui est ancrée dans les droits de l'homme, a presque été oubliée au cours des dernières décennies (Cichon, 2015). La recommandation 202 de l'OIT concernant les niveaux nationaux de protection sociale a le grand mérite de traduire cette obligation abstraite en exigences politiques concrètes au niveau national.
 
La Déclaration de l'OIT sur la justice sociale pour une mondialisation équitable (2008) appelle à la nécessité d'une dimension sociale forte pour contrer les impacts sociaux négatifs de la mondialisation économique, qui sont devenus encore plus évidents lors des crises financières et économiques de 2008. L'OIT et l'OMS ont été les chefs de file de l'initiative relative au socle de protection sociale qui a trouvé un large soutien parmi les organisations des Nations unies, les gouvernements et les ONG en tant qu'agences de coopération. Grâce à cette initiative, la discussion et la mise en œuvre de systèmes de protection sociale, en particulier dans le Sud, ont pris de l'ampleur. Dans de nombreux pays, une importance renouvelée et croissante est accordée à la protection sociale en tant que droit de l'homme et condition préalable à la cohérence sociale, à la stabilité économique et au développement. Cela contraste avec l'évolution récente dans les pays riches où le niveau de sécurité sociale atteint est menacé par la crise financière et la politique d'austérité.
 
La recommandation n° 202 de l'OIT sur la mise en œuvre des planchers nationaux de protection sociale (SPF) a été adoptée en 2012 par 185 États membres de l'OIT. Les SPS garantissent un accès universel aux services de santé et à la sécurité des revenus tout au long de la vie : pour les enfants, les chômeurs et les pauvres, les personnes âgées et les personnes handicapées. Les planchers nationaux de protection sociale fondés sur les droits de l'homme ont été mis en œuvre avec succès, en tout ou en partie, dans de nombreux pays. Il est de plus en plus évident qu'ils sont ambitieux mais réalisables, abordables et efficaces pour réduire l'extrême pauvreté et les inégalités excessives (OIT, 2011, 2014). Les sols de protection sociale contribuent au bien-être, à l'égalité des sexes et à l'amélioration de l'éducation et de la santé des groupes défavorisés et vulnérables, et renforcent la résilience en réaction aux difficultés de la vie de la population en général. Les socles de protection sociale ont contribué à la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement et constituent un élément essentiel à la réalisation des droits sociaux.
 
La recommandation 202 de l'OIT sur la mise en œuvre des Sols de protection sociale au niveau national est l'initiative la plus importante et la plus prometteuse en matière de politique sociale mondiale et a trouvé un large soutien parmi les organisations des Nations unies telles que l'ONUSIDA, l'OMS, l'UNICEF, le CESR, le CDH et les agences de développement. Elle marque un changement novateur dans la politique sociale et de développement mondiale, qui s'éloigne de la primauté des questions financières (Consensus de Washington), d'une protection ciblée des populations vulnérables à une politique sociale inclusive postulant et mettant en œuvre une protection sociale pour tous fondée sur les droits de l'homme. Dans ce contexte, la note conceptuelle du Groupe de la Banque mondiale et de l'OIT d'avril 2015 pour une mission et un plan d'action communs pour une protection sociale universelle est remarquable (OIT & Banque mondiale, 2015).
 
L'Assemblée générale des Nations unies a adopté le 25 septembre 2015 la résolution "Transformer notre monde : l'Agenda 2030 pour le développement durable". Les 17 objectifs de développement durable et les 169 cibles constituent un programme mondial qui vise à "réaliser les droits de l'homme pour tous et à assurer l'égalité des sexes et l'autonomisation de toutes les femmes et de toutes les filles". Ils sont intégrés, indivisibles et équilibrent les trois dimensions du développement durable : économique, sociale et environnementale".
 
La protection sociale occupe une place prépondérante dans la réalisation des SDG. La protection sociale, y compris le FPS, est explicitement mentionnée dans l'objectif 1 "Mettre fin à la pauvreté sous toutes ses formes et partout" (cible 1.3). Dans l'objectif 3 (Assurer une vie saine et promouvoir le bien-être de tous à tous les âges), la cible 8 postule une couverture médicale universelle, y compris la protection contre les risques financiers.  Pour atteindre l'égalité entre les sexes (objectif 5), il faut reconnaître et valoriser les soins non rémunérés et le travail domestique par la fourniture de services publics, d'infrastructures et de politiques de protection sociale (objectif 5.4). La réduction progressive des inégalités au sein des pays et entre eux (objectif 10) nécessite des politiques, notamment fiscales, salariales et de protection sociale (objectif 10.4).
 
Déclaration de politique générale des TPE : Sur le droit aux systèmes de protection sociale
La protection sociale est un droit de l'homme. L'engagement fondamental de la profession de travailleur social en faveur des droits de l'homme implique un engagement à fournir une protection sociale pour tous. L'IFSW appelle les gouvernements et les membres de la société civile à s'engager en faveur de systèmes de protection sociale inclusifs et complets pour tous.
 
L'IFSW travaillera à la promotion de la protection sociale et appelle ses associations membres et les travailleurs sociaux du monde entier à se joindre à cet engagement pour protéger, préserver et étendre le droit à la protection sociale pour tous.
 
Pour l' IFSW, la protection sociale ne se limite pas à la satisfaction des besoins fondamentaux. Conformément à la définition internationale du travail social et à l'éthique et aux principes professionnels, l'IFSW estime que les systèmes de protection sociale doivent être intégrés dans une politique sociale qui promeut la justice sociale, la sécurité sociale, la cohérence sociale et le bien-être. Les systèmes de protection sociale doivent être compris comme des instruments de transformation sociale, de démocratie et de création de sociétés sociales justes.
 
L'IFSW souscrit à la recommandation 202 de l'OIT sur la mise en œuvre nationale des planchers de protection sociale et invite instamment les associations membres et les travailleurs sociaux du monde entier à s'appuyer sur la recommandation de l'OIT et à l'utiliser comme ligne directrice pour réaliser la protection sociale dans leur domaine d'activité international, national ou local.
 
L'IFSW appelle ses associations membres et les travailleurs sociaux du monde entier à inclure la protection sociale dans toutes les activités visant à la réalisation des objectifs de développement durable 2016-2030. Garantir l'accès universel aux soins de santé et fournir une sécurité de revenu de base à ceux qui ne sont pas en mesure de gagner un revenu suffisant, en particulier en cas de parentalité, de maladie, de chômage, de maternité, d'invalidité et de vieillesse. Ces mesures contribueront de manière cruciale à la réalisation des objectifs de développement durable 2016-2030.
 
Les représentants de l'IFSW et de l'ONU accorderont une grande priorité à la perspective du travail social dans le domaine de la protection sociale dans leurs activités internationales ; ils rechercheront et intensifieront la coopération avec les organisations des Nations unies concernant la protection sociale, en particulier avec l'Organisation internationale du travail OIT mais aussi avec l'OMS, l'ONUSIDA, le HCR, l'UNICEF, le PNUD et d'autres.
 
L'IFSW souligne l'importance de la formation des travailleurs sociaux et invite les écoles de travail social à inclure le développement social durable dans le programme d'études et à préparer les étudiants en théorie et en pratique à travailler avec les systèmes de protection sociale.
 
L'IFSW exhorte ses organisations membres, en tant que partie de la société civile, à forger des alliances avec les organisations de la société civile, les syndicats et les personnes qui utilisent les services pour promouvoir une protection sociale durable. Les organisations de la société civile devraient s'engager dans le dialogue social national et participer aux processus de décision, contribuer à la conception, au développement, à la mise en œuvre et au suivi des systèmes de protection sociale.
 
L'IFSW s'oppose fermement à une politique d'austérité qui réduit les dépenses publiques tout en réduisant les impôts des riches, ce qui a pour effet de creuser le fossé des inégalités et d'accroître la pauvreté.

Partie II

Le rôle du travailleur social dans les systèmes de protection sociale

 
Introduction
Selon les conceptions théoriques et pratiques de la profession de travailleur social, les individus ne peuvent pas vivre une vie durable et épanouie s'ils ne sont pas reliés de manière interdépendante dans un cadre social. Ainsi, un objectif essentiel de la profession est de renforcer les systèmes de protection sociale afin que les personnes puissent vivre dans des environnements sociaux en toute confiance, sécurité, dignité et avec la pleine réalisation de leurs droits.
 
Cette approche peut différer des tendances de nombreux gouvernements qui conçoivent les systèmes de protection sociale comme des plates-formes descendantes pour la réduction de la pauvreté individuelle ou la réduction ciblée des risques. Si la profession soutient activement le développement de systèmes et de programmes visant à réduire la pauvreté et à atténuer les souffrances, elle va plus loin en mettant l'accent sur le renforcement de la famille, de la communauté, du capital social et de l'interdépendance en tant que première forme clé et durable de protection sociale. Ceci est incarné dans le concept de renforcement des capacités communautaires
 
Le travail quotidien des travailleurs sociaux s'effectue dans le monde entier : Renforcer la solidarité entre les personnes, Promouvoir l'entraide entre les personnes, Engager les personnes à respecter les droits des autres, Renforcer la solidarité au sein d'une famille, d'une communauté et de la société.
 
La défense des droits est également un élément clé de la profession et, qu'ils travaillent dans des systèmes de protection sociale disposant de ressources importantes, - ou dans des environnements où la protection sociale est entièrement basée sur la culture et la religion, ou dans des contextes de dépendance à l'aide, - les travailleurs sociaux s'efforcent de façonner les systèmes de protection sociale afin qu'ils préservent et améliorent les relations sociales, favorisent l'intégration sociale et rendent les relations entre les personnes aussi harmonieuses que possible.
 
Du point de vue du travail social, les systèmes de protection sociale et les États providence devraient être conçus pour promouvoir la durabilité et le bien-être de la population dans son ensemble. Il ne s'agit pas d'une stratégie qui vise à soulager les personnes qui ont été victimes de l'échec de leur société. En ce sens, la profession du travail social préconise que les systèmes de protection sociale soient des agences de transformation sociale, qui se concentrent sur la construction de la solidarité au sein des communautés et entre les communautés, et sur l'incitation à l'autodétermination en encourageant la participation démocratique et en renforçant les voix dans la société au sens large.
 
Contexte
L'analyse du travail social n'examine pas seulement le problème présenté par l'individu mais le considère dans le contexte de la famille et de la communauté dans laquelle la personne vit. Par conséquent, les points de départ pour l'assistant social sont les structures familiales et communautaires. Elles doivent être reconnues comme le fondement sur lequel tous les autres aspects de la protection sociale doivent être construits.
 
Trop souvent, cependant, les systèmes de protection sociale et les politiques gouvernementales du sommet vers la base négligent la famille et la communauté. Ils remplacent par inadvertance ces systèmes organiques de soins par des programmes qui, au fil du temps, privent les gens des connaissances et de la sagesse intergénérationnelles qui ont soutenu leur bien-être pendant si longtemps.
 
Il y a bien sûr des limites à ce que les familles et les communautés peuvent offrir et une obligation pour l'État ou les structures de gouvernance de fournir des services sociaux de fournir des services spécialisés qui améliorent le bien-être de la société dans son ensemble en travaillant en complémentarité avec les besoins de la communauté et le renforcement des capacités communautaires.
 
Ce qui est important du point de vue des praticiens du travail social de base, c'est que les systèmes de protection sociale ne remplacent pas la responsabilité des familles et des communautés en tant que premiers protecteurs. Au contraire, les systèmes de protection sociale offrent plus qu'un accès à une assistance financière et médicale limitée. Ils deviennent une plate-forme permettant aux gens de comprendre leurs droits et d'apprendre comment façonner démocratiquement leur environnement pour le mieux.
 
Les travailleurs sociaux estiment que la protection sociale doit être transformationnelle, construite à partir des besoins réels de tous et de la réalisation des droits de tous. Trop souvent, la protection sociale a été considérée comme une solution "en bout de chaîne", alors que tout le reste a mal tourné et que les marchés du travail et les économies ont échoué. Alors que du point de vue des professions, il est impératif que la protection sociale transformatrice conduise le changement dans tous les modes de vie.
 
La profession de travailleur social voit le potentiel de la protection sociale pour apporter des changements dans l'économie, dans la démocratie et dans la lutte contre les inégalités. Nous défendons avec d'autres la nécessité d'une nouvelle conception de la protection sociale. Celle-ci devrait être axée sur la préservation de la société et des relations sociales, la promotion de l'intégration sociale et la création de relations aussi harmonieuses que possible entre les personnes. Elle devrait refléter la nécessité de s'appuyer sur la matrice complexe du renforcement des capacités communautaires pour soutenir des sociétés cohésives.
 
Notre expérience professionnelle nous a appris que les gens ne veulent pas se retrouver entre les mains de systèmes de protection sociale déresponsabilisants, qui sapent les moyens organiques dont disposent les communautés pour s'entraider. Les personnes qui utilisent les services sociaux et celles qui essaient d'y accéder veulent de l'équité : des conditions de concurrence équitables et des chances égales de réussite. Ils veulent que leur voix soit entendue et qu'ils aient une influence sur leur propre vie.
 
La protection sociale fondée sur l'engagement communautaire et les droits de l'homme ira également plus loin que l'avantage économique. Elle conduira à la durabilité et à la sécurité.
 
Déclaration de politique générale
Il est conforme à l'éthique professionnelle du travail social que les travailleurs sociaux promeuvent les systèmes de protection sociale pour construire des systèmes qui transforment les communautés et la société afin de s'attaquer aux causes profondes et aux dynamiques qui sapent la sûreté, la sécurité et le bien-être des personnes. Les principes professionnels du travail social soulignent également que les systèmes de protection sociale sont ancrés dans un modèle de développement pour assurer la durabilité sociale et maximiser les possibilités d'autodétermination et d'influence des peuples sur leur propre vie.
 
Le rôle des travailleurs sociaux dans les systèmes de protection sociale est de faciliter la solidarité communautaire et l'engagement dans le développement de systèmes qui seront inclusifs pour toutes les personnes et les traiter avec dignité et respect, et qui garantiront les droits de l'homme et la justice sociale. Les travailleurs sociaux apporteront leurs compétences, leurs connaissances et leur expertise non seulement des personnes marginalisées et exclues, mais aussi des groupes et des communautés, afin de plaider pour que les systèmes s'attaquent de manière positive aux obstacles structurels, sociaux et culturels.
 
Implications de cette déclaration de politique
Conformément à cette politique, à l'éthique et aux principes des professions, les travailleurs sociaux considèrent les systèmes de protection sociale comme des instruments de transformation sociale, de démocratie et de création de sociétés socialement justes.
 
Le rôle des travailleurs sociaux est de servir de médiateur entre les services publics et les systèmes communautaires familiaux pour obtenir des résultats qui renforcent la capacité de la famille et de la communauté à se prendre en charge de manière durable et à accéder aux systèmes de protection sociale lorsque cela est nécessaire.
 
Les travailleurs sociaux utilisent leurs connaissances, leur expérience et leurs compétences pour plaider au sein des services afin de garantir que les personnes qui utilisent les services sont traitées avec dignité et sont capables de prendre des décisions concernant les soins qu'elles reçoivent.
 
Les travailleurs sociaux plaident, sur leur lieu de travail et dans leur communauté, pour que les services soient intégrés, afin de permettre une accessibilité maximale et d'éviter les doubles emplois inutiles. En tant que professionnels du social, ils encouragent tous les autres groupes professionnels à travailler à la co-construction d'accords avec leurs clients et à travailler à l'autodétermination de la personne.
 
Les travailleurs sociaux sont des défenseurs du développement de systèmes de protection sociale accessibles, abordables et transparents qui sont intégrés dans les communautés et engagent les communautés dans le développement des services.
 
Les implications de cette politique ont également un impact sur les employeurs de travailleurs sociaux. Les employeurs de travailleurs sociaux et les administrateurs des systèmes de protection sociale doivent soutenir les travailleurs sociaux en tant que défenseurs du développement social, des droits des personnes et de l'engagement communautaire.
 
Ce document d'orientation définit le rôle des travailleurs sociaux dans les systèmes de protection sociale, et avance que l'intégration de la protection sociale dans le cadre de toutes les sociétés conduit à des résultats économiques positifs et à des sociétés plus stabilisées et harmonieuses.
 
Date de la prochaine révision
Selon la réglementation de l'IFSW en 2000, les politiques doivent être revues et mises à jour après 6 ans.
Si la réunion des délégués à Séoul en 2016 adopte cette politique, cela signifie que l'IFSW
La réunion des délégués en 2022 doit discuter et approuver la mise à jour de la politique du travail social dans les systèmes de protection sociale.
 

Glossaire
Services sociaux : Dans cette politique, le terme "services sociaux" est utilisé dans un sens large incluant les services d'une variété de professions sociales qui sont séparées dans certains pays et incluses sous le concept de travail social dans d'autres tels que : les assistants sociaux, les travailleurs communautaires et de jeunesse, les travailleurs sociaux, les éducateurs sociaux, les pédagogues sociaux, les travailleurs de rue, les animateurs, etc.
 
Système de sécurité / protection sociale[3] : est le système d'interventions, de programmes, d'assurances, d'assistance sociale et de prestations sociales qui sont fournis par les acteurs gouvernementaux, de la société civile et de la communauté au niveau local, régional ou national pour assurer le bien-être et la protection de tous les membres de la société, en particulier des personnes et des communautés socialement ou économiquement défavorisées.
 
Socle de protection sociale : le terme est utilisé dans ce document pour faire référence à la recommandation 202 de l'OIT concernant la "mise en œuvre nationale des socles de protection sociale", qui comporte un double objectif : d'abord, établir des garanties de sécurité sociale de base, qui "devraient assurer au minimum que, tout au long du cycle de vie, tous ceux qui en ont besoin aient accès aux soins de santé essentiels et à la sécurité du revenu de base qui, ensemble, garantissent un accès effectif aux biens et services définis comme nécessaires au niveau national". Et deuxièmement, mettre en place des planchers de protection sociale dans le cadre de stratégies d'extension de la sécurité sociale qui garantissent progressivement des niveaux de sécurité sociale plus élevés au plus grand nombre, en s'inspirant des normes de sécurité sociale de l'OIT. (OIT-Rec- 202, 2012).
 
 

Texte original en anglais à retrouver ici.
Traduction ANAS FRANCE avec Deepl Traduction

 

Jeudi 4 Juin 2020




Notez

Communiqués ANAS | Les avis de l'ANAS | Protection de l'enfance | Nous avons reçu... | International | Déontologie | Formation | Santé | Congrès - Colloques - Conférences | Publications et ouvrages | Le saviez-vous ? | Contentieux | HCTS