Association nationale des assistants de service social

Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Lettre ouverte : nous soutenons les associations qui œuvrent pour la défense des droits fondamentaux des personnes !


L'ANAS soutient les associations qui œuvrent pour la défense des droits fondamentaux des personnes qu’ils concernent les enfants ou les adultes.



Face à des décisions remettant en cause l'accès aux droits pour tous et la protection des droits fondamentaux, l'ANAS se mobilise auprès d'associations qui s'élèvent contre des pratiques et décisions qui nous paraissent en contradiction avec le respect des droits les plus fondamentaux : le droit à l'éducation, à la santé, à la protection des plus fragiles.
 
Dernièrement, nous avons soutenu la campagne de l'UNICEF contre l'enfermement administratif des enfants dans des centres de rétention à cause de la situation migratoire de leurs parents.
Nous réitérons notre soutien à tous ceux qui oeuvrent contre l'enfermement des enfants sur le territoire français.
Aussi, nous vous invitons à vous rendre sur leur site internet car la campagne continue et a besoin de vos signatures pour interpeller le Ministre de l'Intérieur. Actuellement 26000 signatures ont été recueillies. Il en manque 4000. 
Chaque signature compte !
 
Vous trouverez le lien vers la campagne ci-dessous :

 
https://my.unicef.fr/contenu/mobilisez-vous-contre-lenfermement-des-enfants-vous-avez-la-cle
 
L'avis de la CNCDH contre l'enfermement des enfants :
 
https://www.cncdh.fr/sites/default/files/200924_cp_ppl_retention_administrative_des_familles.pdf
 
Plus récemment encore, et sous prétexte de la crise sanitaire, des décisions territoriales viennent mettre en péril le fonctionnement d'associations oeuvrant au service des exilés arrivés sur le territoire français. Cela a pour conséquence immédiate de ne plus pouvoir leur assurer un accueil, un toit et de la nourriture alors qu'elle sont encore plus fragilisées en cette période si difficile.
Nous partageons l'avis de CNCDH qui rappelle ce que sont les droits fondamentaux des personnes et que ces décisions remettent en cause le principe même de fraternité, pourtant fondement de notre constitution.
 
Vous trouverez la lettre adressée au par le Président de la CNCDH au Ministre de l'Intérieur :
 
https://www.cncdh.fr/sites/default/files/lettre_prsdt_cncdh_min_interieur_220920.pdf

Dimanche 11 Octobre 2020




Notez

L'essentiel | Actualités | L'ANAS et vous | La Revue | JNE / JET | Outils de travail | Archives