Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Hors-série - Le Travail social face aux droits de l'homme




Hors-série - Le Travail social face aux droits de l'homme
Collection Actions Sociales / Série ANAS

LE TRAVAIL SOCIAL FACE AUX DROITS DE L'HOMME 

En cette année 1998, marquée par le cinquantenaire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, I'ANAS souhaite partager sa réflexion et ses engagements sur la question des Droits de l'Homme.
Cet ouvrage s'adresse aux travailleurs sociaux pour lesquels le respect des droits est un objectif quotidien de leur réalité de travail.
Il s'adresse aussi à ceux, bénévoles et militants, qui sont engagés dans la lutte contre toute forme d'exclusion.
Il se veut enfin accessible à tout citoyen, concerné par la protection des Droits de l'Homme.

Le numéro peut bien sûr être commandé dans notre espace boutique

SOMMAIRE :
Introduction
Marie-Paule MARAVAL

1 - Déclaration des droits de le dire, Témoignages
- Le droit au travail 
- Le droit à la différence

2 - Pour une histoire des Droits de l'Homme
Madeleine REBERIOUX

3 - Les Droits de l'Homme : aspect institutionnel et politico-social
Bernadette MALGORN

4 - Droits et devoirs des citoyens, le rôle de l'État
Pierre MONZANI

5 - Les Droits de l'Homme dans le contexte socio-économique actuel
Alain DEGREMONT

6 - Les Droits de l'Homme : regard d'un philosophe
Miguel BENASAYAG

7 - Qualifier pour moins exclure
Bertrand SCHWARTZ

8 - Paroles de travailleurs sociaux
Marie-France FREYNET

Conclusion
Bibliographie
Annexes
- Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen (1789) 
- Déclaration Universelle des Droits de l'Homme (1948)
- Déclaration des Droits de l'Enfant (1989)
- Présentation du réseau des travailleurs sociaux de la Ligue des Droits de l'Homme


INTRODUCTION

L'avènement de la Révolution française est étroitement lié aux idées philosophiques héritées des Lumières. À une explication du monde par la religion, s'est substituée une appréhension plus rationnelle de l'homme et du monde, par une autre forme de connaissance.
Cette évolution, cette révolution des mentalités a fait dire en 1789, à La Rochefoucauld-Liancourt : « on a toujours pensé faire la charité aux pauvres et jamais à faire valoir les droits de l'homme pauvre sur la société. La bienfaisance publique n'est pas une vertu compatissante, elle est un devoir, elle est la justice. Là où existe une classe d'hommes sans subsis­tance, là existe une violation des Droits de l'Homme. »
 
Les Droits de l'Homme et surtout leurs violations, ont toujours fait couler beaucoup de sang, d'encre et de larmes...
 
Au fil du temps et pour mémoire, rappelons quelques textes importants (cf. en annexe) :
- 1789 Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen
- 1948 Déclaration Universelle des Droits de l'Homme
- 1950 Convention européenne des Droits de l'Homme
- 1989 Convention des Nations Unies relative aux Droits de l'Enfant
Mais qu'en est-il des Droits de l'Homme aujourd'hui ? Comment ce concept a-t-il évolué tant au niveau national qu'international ?
 
Dans le contexte actuel de mutation économique, de mondialisation de l'économie, comment concilier, au plan national, européen, mondial, l'économie et les droits sociaux ? Comment concilier l'intérêt écono­mique et le respect des Droits de l'Homme ?

La Déclaration des Droits de l'Homme fait partie des fondements éthiques du travail social. Elle est inscrite en préambule de nombreuses réflexions sur le rôle du travail social dans la société française. Elle est également la première référence du code de déontologie des assistants de service social, publié par l’ANAS (cf. annexe).
 
Comment ignorer, en effet, le lien intrinsèque entre la conviction pro­fonde et universelle qui a fait voter la Déclaration des Droits de l'Homme en 1948, et celle qui anime les travailleurs sociaux dans leur action au quotidien contre l'exclusion ?

Dans le contexte de crise qui est le nôtre, crise économique, politique, crise des valeurs aussi, où les droits semblent sans cesse remis en question, comment concilier, pour les travailleurs sociaux, l'aide aux usagers, l'application de leurs missions et le respect des libertés ?

Les sans-logis, les SDF reposent en permanence, la question de l'application du droit au logement. Les trois millions de chômeurs, en France, reposent celle de l'application du droit au travail. L'affaire des immigrés clandestins en situation de « non expulsables et non régularisables » repose le problème de l'application concrète et universelle des Droits de l'Homme.

On dit souvent que l'évocation même des Droits de l'Homme pose en corollaire celle des devoirs de l'individu envers la communauté.

Mais comment parler d'égalité de devoirs quand, au quotidien, on constate l'inégalité des droits et des chances ?

Y a-t-il divorce entre les discours sur les Droits de l'Homme et la réa­lité sociale ? Y a-t-il divorce entre droits affichés et réalité du vécu ? Y a­t-il divorce entre l'économique et le social ?

Autant de questions à la base du 51ème congrès de l'ANAS qui s'est tenu à Metz en 1996 [1]. Il s'intitulait « Des Droits de l'Homme à la réalité du Travail Social ».

Les actes de ce congrès n'ayant pas été diffusés, nous avons décidé de saisir l'opportunité du cinquantième anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme de 1948, pour publier les principales conférences tenues lors de ce congrès : elles ont permis à quelque cinq cents travailleurs sociaux présents, d'approfondir leur propre réflexion à partir d'éclairages historique, politique, économique, philosophique et d'expériences de terrain.

Cet apport théorique s'est enrichi de nombreuses questions et échanges professionnels qui nous paraissent compléter utilement les interventions des conférenciers.
 
C'est pourquoi nous avons choisi de les publier également, en gardant volontairement le style direct des débats.

Enfin, au congrès, comme dans cet ouvrage, il nous est apparu essen­tiel de commencer notre réflexion, en donnant la parole aux usagers, à ceux dont la vérité criante va au-delà des principes et des discours.

Leur parole est forte, elle permet de croire et d'affirmer, que les Droits de l'Homme, loin d'être un fantasme républicain et démocratique, ou une utopie, restent une réalité à construire ensemble.
 
Marie-Paule MARAVAL
Présidente de la section ANAS-Moselle

[1] Ce congrès a été organisé avec le soutien du Conseil général de Moselle, par Colette Hody, Pierre Joyeux, Marie-Paule Maraval, et Christiane Portenseigne, de la section ANAS-Moselle.

Mardi 28 Avril 1998




Notez

Présentation des numéros | Extraits de la revue