Association nationale des assistants de service social

Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Hommage confraternel à Catherine de Béchillon




Portrait de Catherine de Béchillon le 13 mai 2019 à son domicile (ANAS, Droits réservés)
Portrait de Catherine de Béchillon le 13 mai 2019 à son domicile (ANAS, Droits réservés)
Paris, le 17 juin 2020,

C'est avec tristesse que nous partageons avec vous l'annonce du décès de Catherine de Béchillon, adhérente de l'ANAS, qui s'est éteinte le 2 juin 2020 à l'âge de 94 ans. Cette nouvelle nous émeut particulièrement car Isabelle BOISARD et Joran LE GALL, membres du Bureau de l'ANAS, s'étaient rendus auprès d'elle l'année dernière afin de recueillir son expérience plus que singulière. Cette rencontre de deux jours avait été particulièrement enrichissante et nous avait permis de retracer le parcours tant professionnel que personnel de cette professionnelle en retraite (voir vidéo ci-dessous). Nous y avions découvert sa profonde humanité, son énergie communicative hors du commun ainsi que ses réflexions si contemporaines. Les travaux de notre consœur Catherine de Béchillon auront animé de nombreuses générations de professionnels, tant à l'échelon du département que partout en France.

Dans ces circonstances, l'ANAS et le GREHSS (Groupe de Recherche sur l'Histoire du Service Social) s'associent pour lui rendre hommage. Nous publions donc sa biographie, effectuée par Laurent Thévenet, déjà auteur de la notice la concernant pour le dictionnaire biographique du service social, ainsi qu'un hommage rédigé par la section Pyrénées dont elle était une membre active et assidue jusqu'à sa disparition. Un autre hommage est disponible sur le site Rails et histoire.

Le Conseil d'Administration de l'ANAS

Interview de Catherine de Béchillon, Assistante sociale diplômée en 1947, sur la vie des assistantes sociales à l'époque et sur son premier poste de polyvalente de catégorie au service social de la SNCF.

Réalisation : Isabelle BOISARD et Joran LE GALL

Filmé à Pau les 13 et 14 mai 2019

Hommage à Catherine de Béchillon

Hommage confraternel à Catherine de Béchillon
« L’art d’aider » Catherine de Béchillon née Lang (13 juin 1925 - 2 juin 2020)

Texte rédigé par Laurent Thévenet

Il y a quelques mois à Pau, lors notre dernier entretien pour rédiger sa biographie, Catherine de Béchillon, alors âgée de 93 ans, était toujours cette femme précise, conceptuelle avec un esprit vif, dotée d’une intelligence rayonnante et d’une sensibilité incroyable aux choses de la vie, des petites misères aux grands espoirs. Elle recevait ses visiteurs avec ses yeux bleus perçants et doux à la fois. Nombre de ses interlocuteurs la regardaient avec respect. Elle était lucide sur les relations humaines et le monde qui l’entourait, recevait encore beaucoup, des anciens de la Recouvrance et d’autres, rencontrés tout au long de son parcours professionnel.

Née en 1925, dans une famille juive originaire d’Alsace, son enfance heureuse s’arrête à ses dix sept ans lorsque, le 27 mai 1942, lors de la rafle dite des notables, elle voit son père arrêté par la police allemande. Son père, Henri Lang, brillant polytechnicien, ingénieur de la SNCF meurt à Auschwitz. Confiée par sa mère aux sœurs de Notre-Dame-de-Sion, elle est protégée et cachée pendant 27 mois à Lyon et revient à Paris fin 1944 où elle s’inscrit à l’école des surintendantes. En juin 1947, elle est recrutée par les services sociaux SNCF. Curieuse, avide d’apprendre, remplie d’appétence pour mieux se connaître et comprendre la relation d’aide professionnelle, Catherine Lang se passionne pour le métier d’assistante sociale.

En janvier 1952, sa rencontre avec le docteur Myriam David, lors d’une soirée organisée par l’Association nationale des assistants de service (ANAS), est déterminante et va « modifier sa vie professionnelle et pas seulement » selon ses propres mots. Elle s’engage alors au sein d’un groupe d’assistantes sociales nommé « Pergolèse » et pratique l’aide psychosociale individualisée. En 1954, elle séjourne aux États-Unis pour se perfectionner et entreprend, à son retour, une formation de superviseur.

Le 15 juin 1960, elle épouse Marc de Béchillon et donne naissance à son fils Denys. Elle devient enseignante pour le Bureau d’étude des questions sociales de la SNCF et forme à la pratique du case-work, la plupart des assistantes sociales de la société ferroviaire. Elle donne des conférences et publie de nombreux articles sur cette nouvelle méthode tout en s’investissant auprès de l’ANAS. En février 1969, elle ouvre, avec son mari, La recouvrance, un centre qui accueille des adultes en grande difficulté psychologique. Après 14 ans de persévérance et d’engagement, le centre ferme en 1986. Catherine de Béchillon reprend ses activités de superviseur et d’enseignante et réalise des enquêtes sociales pour l’institution judiciaire.

En 1997, elle rédige son ouvrage « Aider à vivre, propos sur le service social » et poursuit sa réflexion sur le métier d’assistant.e de service social. Elle approfondit ainsi sa pratique et théorise des aspects méthodologiques. Avec ce livre, au terme d’une longue carrière, elle souhaite témoigner pour faire connaître « cet étonnant métier qu’est le travail social ». Elle y fait revivre le souvenir des « rencontres avec des hommes, des femmes, des enfants qui ne soupçonnaient pas que leur richesse intérieure, plus que leur détresse, donnait un sens à leur vie ». 

Aujourd’hui, la profession d’assistant.e social.e et plus largement le travail social lui est redevable d’une réflexion profonde sur les pratiques professionnelles et la relation d’aide. Pour elle, l’humain et la personne aidée était le centre de ses préoccupations.

Ses obsèques, conformément à ses vœux, ont eu lieu dans la plus stricte intimité. En son honneur et dans le souvenir de son père, les dons peuvent être adressés à L’Union des déportés d’Auschwitz, 39 bld Beaumarchais 75003 Paris.

L'hommage de la section Pyrénées

La Section Pyrénées a eu la chance de compter parmi ses membres actifs Madame Catherine de Béchillon. Elle a participé activement aux échanges professionnels avec celles et ceux qu’elle a toujours considérés comme ses collègues. Avec intelligence et humanité, elle a toujours porté l’identité professionnelle au cours des débats. 
 
Grâce à son positionnement professionnel au service des personnes accompagnées, Madame de Béchillon nous a régulièrement invités à faire preuve de solidarité, de curiosité et de perfectionnisme. Que l’on connaisse ou non son histoire, son implication et ses écrits, son discours accessible n’a laissé personne indifférent… Il y avait du monde ce soir de novembre 2018 à la maison de retraite, pour une réunion qui lui était dédiée... Pour beaucoup d’entre nous, elle est une des pionnières du case-work et, pour nous toutes et tous, elle a incarné la clinique dans le Service Social. Encore tout récemment, lors d’une table ronde, c’est à Madame de Béchillon et à ses références à la clinique que nous avons pensé pour éclairer nos échanges sur notre pratique professionnelle. 
 
A l'annonce de son décès, nous sommes nombreux à être sincèrement touchés et à se souvenir avec respect, amitié et tendresse de ses cours à l’Institut du Travail Social de Pau, de ses supervisions, de ses conseils et de sa disponibilité. Aussi bien dans les moments formels que improvisés, Madame de Béchillon a toujours eu à coeur de transmettre son savoir et son expérience. Dans une salle de réunion, durant les trajets en voiture ou sur les bancs de la maison de retraite, elle a écouté et respecté le travail de tous ses collègues.
 
Sa voix, sûre et posée, créait le silence et l’attention autour d’elle... Personne n'interrompt Madame de Béchillon tant ce moment était précieux pour nous toutes et tous.
 
Nous avons toujours eu le sentiment d’être considérés par elle comme son égale. Intimidés par son parcours professionnel et son histoire personnelle, touchés par son humanité et impressionnés par son implication, nous garderons de Madame de Béchillon tout ce qui nous aidera à continuer à exercer notre profession au service des plus fragiles. 
 
Merci encore Catherine de Béchillon.
 
Les adhérents de la Section Pyrénées

Mercredi 17 Juin 2020




Notez

Communiqués ANAS | Les avis de l'ANAS | Protection de l'enfance | Nous avons reçu... | International | Déontologie | Formation | Santé | Congrès - Colloques - Conférences | Publications et ouvrages | Le saviez-vous ? | Contentieux | HCTS