Association nationale des assistants de service social

Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

« Étrangers sans toit ni lieu » - N° 122 de Plein droit, la revue du Gisti




Exilés afghans dormant à même le sol à Paris, en avril 2003, au cœur d’un chantier situé rue de Paradis, dans le 10e arrondissement.  Cette photographie est l’œuvre de Nicola Gleichauf, et a été prise lors d’un des nombreux reportages que la photojournaliste a réalisés sur les réfugiés en France et en Europe durant des années. Ce travail l’a notamment conduite à séjourner pendant deux mois, en juillet et août 2001, à l’intérieur du camp de Sangatte.
Exilés afghans dormant à même le sol à Paris, en avril 2003, au cœur d’un chantier situé rue de Paradis, dans le 10e arrondissement. Cette photographie est l’œuvre de Nicola Gleichauf, et a été prise lors d’un des nombreux reportages que la photojournaliste a réalisés sur les réfugiés en France et en Europe durant des années. Ce travail l’a notamment conduite à séjourner pendant deux mois, en juillet et août 2001, à l’intérieur du camp de Sangatte.
Présentation du numéro :

Il en va de la « crise du logement » en France comme de la « crise des réfugiés » en Europe : elle n’a rien d’une fatalité, mais résulte de choix politiques. Depuis des années, les pouvoirs publics refusent de s’attaquer à la cherté de l’immobilier et des loyers, encourageant au contraire le mouvement spéculatif et plongeant dans le mal-logement de larges couches de la population qui ont le sentiment d’être laissées pour compte, voire discriminées.

La pénurie ainsi orchestrée de logements accessibles accrédite l’idée qu’il n’y aurait « pas assez de place » pour tout le monde, et impose aux gestionnaires des diverses structures d’hébergement ou de logement et aux professionnels du travail social l’obligation de gérer la pénurie en faisant le tri parmi les publics. S’organise alors une concurrence entre les précaires, dont les étrangers et les étrangères – et plus particulièrement les sans-papiers, les mineur.es isolé.es, les travailleurs immigrés surnuméraires dans les foyers, les demandeurs d’asile – font les frais.

A l’absence de politique d’accueil répondent de nombreuses initiatives de bénévoles, voisins, riverains qui pallient la pénurie et parent au plus urgent. Mais cette solidarité citoyenne ne saurait masquer les défaillances de l’État dans la mission qui devrait être la sienne : fournir un toit, une place, à chaque habitant.e de ce pays, y compris celles et ceux qui viennent d’arriver.


N° 122, octobre 2019 ⋅ 10 €
 
Plus d'informations sur le site du GISTI

Jeudi 26 Décembre 2019




Notez

Communiqués ANAS | Les avis de l'ANAS | Protection de l'enfance | Nous avons reçu... | International | Déontologie | Formation | Santé | Congrès - Colloques - Conférences | Publications et ouvrages | Le saviez-vous ? | Contentieux | HCTS