Envoyer à un ami
Version imprimable

Les 59e Journées d'Etude du Travail : un beau succès


Quelques 350 assistants sociaux se sont réunis à Paris à l'occasion de ces 59e Journées d'Etude du Travail



Au termes de deux années de préparation, la commission travail a organisé les 59e JET, intitulées "Service social du travail : Quelles transformations à l'oeuvre ? Enjeux et perspectives"
 
Tout un programme et non des moindre à travers des apports sociologiques, philosophiques, des expériences de terrain, ainsi que des débats... 


 

Vous trouverez ci-dessous une partie du discours de clôture de la présidente de l'Anas, Anne-Brigitte Cosson.
 

" Le service social du travail est précurseur, il est en première ligne et je dirais qu'il est la vigie pour percevoir les mutations de notre profession dans son ensemble, c'est-à-dire que les changements qui sont à l'oeuvre aujourd'hui pour les assistants sociaux du travail vont impacter demain les autres services sociaux. On a parlé de concurrence des métiers, d'accélération de la temporalité, de la notion de justification de notre activité, etc, d'où la nécessite d'être attentif à toutes ces mutations. 

Je retiens quelques messages de ces deux journées. Le premier est un message de vigilance, vigilance à se démarquer du modèle économique, de la performance et à faire attention à ce que nous allons traduire de notre activité. En sommes, construisons nos propres outils, et n'attendons pas de devoir utiliser ceux des autres. Vigilance à s'interroger sur la valeur ajoutée, on l'a bien repris, la valeur ajoutée de la profession, car il y a de la concurrence. Il y a eu aussi une mise en garde contre le court-termisme qui nous incarcère dans l'immédiateté et qui empêche la projection. C'est vrai qu'il faut peut-être quelques fois dire que nous avons besoin de temps pour notre travail. 

Un autre message était un message d'optimisme. Je pense qu'il y a des possibilités et notamment une reconnaissance de la place des assistantes sociales du travail dans l'amélioration des conditions de travail et la qualité de vie au travail, et qu'elles sont surtout légitimes pour s'inviter dans le débat. 

Il a été rappelé aussi le rôle de l'assistante sociale, tant dans l'accompagnement des salariés que comme donneur d'alerte. Ca veut dire que nous avons une place, dans les entreprises mais aussi au sein de la société, pour faire émerger ce qui ne va pas. 

Et puis, il y a enfin un message d'encouragement pour développer une rhétorique professionnelle, c'est-à-dire que nous devons parler de ce que nous faisons. Un autre encouragement consiste en réinvestir des collectifs de métiers, là où se pratique la dispute professionnelle qui permet l'évolution des pratiques. Si vous restez seuls dans vos entreprises, dans vos services, on ne vous entendra pas. Il faut réinvestir ces collectifs quels qu'ils soient. Et puis l'encouragement à faire preuve d'initiative, à produire des idées. Et des idées il y a en a, il y a aussi de l'innovation, dont il faut absolument faire état. 

 

Jean-Louis Le Corvoisier et mme Legrand-Jung
Jean-Louis Le Corvoisier et mme Legrand-Jung

Jean-Louis Le Corvoisier, Florence Osty, Olivier Liaroutzos, Les Bataclowns
Jean-Louis Le Corvoisier, Florence Osty, Olivier Liaroutzos, Les Bataclowns
Les actes des JET seront publiés en 2016 dans la Revue Française de Service Social. 

Mardi 24 Novembre 2015