Foire aux questions

Questions/réponses

Je trouve que votre cotisation de 60 euros est trop élevée.
Le montant de l'adhésion est fixe et n'a pas évolué depuis plus de 10 ans ! Ces 60 euros nous offrent l’indépendance par l’autonomie financière, permettent que plus de 60 assistants sociaux bénévoles participent à la vie de l’association et produisent un travail au niveau national comme local. Frais de déplacements et de représentations, frais liés au siège de l'association, emploi d’une secrétaire indispensable à la vie de l’association, projets des sections, etc... Ces 60 euros, correspondant à 5 euros par mois, servent à tout cela. De plus, nous avons créé la possibilité de prélever en 4 prélèvements trimestriels de 15 euros (voir avec notre secrétariat) pour celles et ceux qui le souhaitent.

Enfin, alors que rien ne nous y oblige, nous avons choisi d’intégrer dans nos statuts l’obligation d’avoir un commissaire aux comptes, qui veille à la légalité et la justesse de notre gestion. Après examen, il certifie chaque année nos comptes.
Pourquoi adhérer à l'ANAS ?
Votre cotisation est la garantie de notre indépendance. Nous ne bénéficions d'aucune subvention d'état ni de collectivité. Cette indépendance, grâce à votre cotisation, est essentielle pour une totale liberté de parole professionnelle et d'engagement.
Comment est organisée l'association ?
L'association se compose, au niveau national, d'un Conseil d'administration et d'un bureau. Ce bureau comprend le président de l'association, deux vices-présidents, un secrétaire général et un trésorier.

Des commissions existent également au niveau national afin de produire une réflexion et une expertise sur différents sujets : Déontologie, Travail, Formation, Santé, International.

Mais la vie de l'association sur le territoire est largement assurée par les sections locales qui permettent aux professionnels adhérents de l'association et exerçant sur un même territoire de se réunir et de se mobiliser.

Pour davantage d'informations sur l'organisation, rendez-vous dans l'onglet "l'essentiel" puis cliquez sur "présentation de l'ANAS".
Quelle est la section locale la plus proche de chez moi ?
La réponse est dans la rubrique "l'ANAS et vous" choix "Contact des sections ANAS"
J'ai une question concernant la boutique de l'ANAS, qui contacter ?
Contactez notre secrétariat : Tél : 01.45.26.33.79 ou faxez un document : 01.42.80.07.03,
Vous pouvez aussi envoyer un message par mail à : infos.anas@yahoo.fr
Je suis étudiant, proposez vous des réductions ?
Oui, vous pouvez bénéficier de codes de réductions dans notre boutique pour l'adhésion (16€ au lieu de 60€), et l'abonnement à la revue (12€ pour les adhérents et 25€ pour les non adhérents). Pour recevoir ces réductions, envoyez votre demande par courrier : 15 rue de Bruxelles 750009 Paris, en joignant un justificatif (copie de carte étudiant par exemple).
J'ai une question concernant le positionnement professionnel et la déontologie. Comment puis je solliciter l'avis de l'ANAS?
Si vous êtes adhérent, il vous suffit de contacter la commission déontologie via le secrétariat . Nous vous demanderons de poser vos questions par écrit de façon la plus précise possible avec les éléments de contexte. Il vous faut envoyer votre question à l'adresse de l'ANAS en précisant "à l'attention de la commission déontologie".

Si la question peut ensuite intéresser l'ensemble des professionnels, vous serez recontacté pour que nous puissions évaluer avec vous comment le faire dans le respect du secret professionnel.

Attention : les délais de réponse peuvent être un peu long car la commission se réunit une fois tous les 2 mois. Le reste du temps les demandes sont traitées par mail entre les membres de la commission. Nous souhaitons éviter la transmission de demandes par simple communication téléphonique car nous sommes alors plus dans le conseil technique et il manquerait une certaine prise de recul.
Bonjour, sur le plan déontologique, un service accueillant des Jeunes en Contrat jeunes majeurs dans des logements en situation d'autonomie peut-il refuser l'accès à ces logements aux jeunes qui n'ont pas encore leur titre de séjour mais qui sont en démarches dans ce sens?.
La question que vous posez est d'abord une question de droit : l’accueil des personnes sans abri en situation de détresse consacré en droit interne par l’article L.345-2-2 du code de l’action sociale et des familles est inconditionnel et ne peut en aucun cas être subordonné à une condition de régularité de séjour . Le défenseur des droits a tenu à le rappeler dans un rapport traitant de la question des roms ( http://www.defenseurdesdroits.fr/sites/default/files/upload/rapport-roms-2013-06-25.pdf ) cela est valable pour l'ensemble des personnes en situation irrégulière.

du point de vue déontologique l'article 2 du code de déontologie est clair pour les assistants sociaux : Art. 2 – De la non-discrimination : Dans ses activités, l’Assistant de Service Social met sa fonction à la disposition des personnes, quels que soient leur race, leur couleur, leur sexe, leur situation, leur nationalité, leur religion, leur opinion politique et quels que soient les sentiments que ces personnes lui inspirent.
Le code de déontologie a seulement une valeur d'usage auprès des travailleurs sociaux qui l'ont adopté. Refuser un accueil à une personne en détresse en retenant pour ce refus sa situation administrative est pour un(e) assistant'e) social une faute déontologique lorsqu'aucune autre aide n'est proposée, ne serait ce que de continuer de le soutenir même lorsque aucune solution concrète n'est en vue.

Mais ce sujet est d'abord une question de droit qui a d'ailleurs été rappelé par la FNARS, la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale.
Bonjour, j'envisage de passer le concours pour rentrer à l'IRFSS (formation des assistants de service social). Pour l'oral, le peu d'expériences de pratiques bénévoles constitue-t-il un frein à l'obtention du concours ?
Non, Il s'agit d'un concours qui vérifie vos capacités et potentiels en vue de pouvoir exercer la profession. Il ne vous est pas demandé de posséder la connaissance avant d'être formé. Pour autant il sera vérifié, à travers vos expériences passées, si vous avez développé des compétences et avez des pré-requis pour vous engager dans cette formation. La formation sur 3 années est riche en terme de contenu et souvent, elle impacte l’étudiant dans son rapport aux autres, sa manière d’être et aussi sa façon même de voir le monde. C’est pourquoi le processus de recrutement est important, il vise à ne pas recruter des personnes qui ensuite risquent d’être en difficulté et abandonnent leurs études avant la fin du cursus de formation. Nous ne pouvons que vous encourager à aller dans cette voie car l'exercice de la profession est très souvent passionnant
un attaché térritorial peut il être nommé conseiller technique dans un CCAS??
Cette question relève du droit administratif. Fréquemment l'ANAS est interrogée sur des questions relevant du droit du travail tant dans les services publics que privés. Nous vous invitons dans ce cas à vous renseigner auprès des syndicats de salariés représentatifs au sein de votre entreprise, association ou institution.
L'ANAS a adhéré en 1995 au Collectif des citoyens face à l'informatisation de l'action sociale Je souhaiterais connaître votre point de vue sur la question, si le secret professionnel des travailleurs sociaux est mis en doute avec les logiciels de type IODAS, Perceaval , si des mesures ont été prises à l'encontre de ces logiciels.... Merci
L’ANAS est vigilante sur cette question. Vous trouverez dans la rubrique « actualité » menu « déontologie » les recommandations de la commission déontologie en réponse à des questions posées sur ce sujet. L’ANAS n’est pas opposée à l’utilisation de l’informatique en travail social. L’association intervient lorsqu’elle a connaissance d’une utilisation ne respectant pas le cadre légal tant au niveau du partage d’information que des droits des usagers. Vous avez en référence à ces questions un numéro spécial de la revue française de service social « Nouvelles technologies et travail social ; vers un travail social informatisé ? » paru en 1998. Ce numéro datant un peu et étant susceptible d’être réactualisé, vous pouvez aussi consulter le rapport du Conseil Supérieur de Travail social paru en 2002 publié par l’ENSP. L’ANAS avait contribué de façon significative à l’élaboration de ce rapport dont le contenu est toujours d’actualité
Suite aux manifestations des travailleurs sociaux en août 2011, y-a-t-il eu une reconnaissance du diplôme bac + 3, le passage en catégorie A et une revalorisation des salaires comme l'exigeaient les revendications des organisations syndicales ? Merci par avance.
Non, aucune de ces revendications légitimes n'ont été pour l'instant satisfaites.