Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Bienvenue à Bordeaux !


Les journées d'études nationales de l'ANAS viennent de se terminer. Elles ont rassemblé 250 professionnel(le)s venu(e)s de toute la France ainsi que de Guyane, Guadeloupe et Martinique. Les débats entre professionnels, élus, représentants du ministère, mais aussi philosophe et sociologues ont été particulièrement soutenus et intéressants selon la grande majorité des participants



Bienvenue à Bordeaux !
Un rappel du contexte de ces journées avec le mot de bienvenue adressé par le président de l'ANAS :

DEMOCRATIE : GOUVERNEMENT DU PEUPLE PAR LUI-MEME. LE BON FONCTIONNEMENT DE LA DEMOCRATIE EST INSEPARABLE DU RESPECT D'UN CERTAIN NOMBRE DE LIBERTES FONDAMENTALES, NOTAMMENT DES LIBERTES DE PENSEE, D'EXPRESSION (PRESSE, REUNION), DE DEPLACEMENT, D'ASSOCIATION, ET DE LA DIFFUSION DE L'INSTRUCTION ET DE LA BONNE ORGANISATION DE L'INFORMATION DES CITOYENS.


Bienvenue à Bordeaux !

Merci d’être là pendant ces 3 jours. Ce temps de rencontres est suffisamment rare et précieux pour que nous en prenions pleinement la mesure.

Notre ambition est de vous proposer un temps de réflexion vous permettant de répondre à des questions professionnelles essentielles.

Certain(e)s ont pu s’interroger. Pourquoi traiter aujourd’hui de la Démocratie et du Travail Social ? Le sujet n’est-il pas politique ? Et que vient faire la politique dans des journées nationales d’études à vocation professionnelle ?

Et bien je crois qu’il est nécessaire aujourd’hui de replacer l’intervention sociale dans le contexte qui fonde sa légitimité. A l’ANAS nous sommes convaincus que le travail social est issu de l’idéal démocratique. Il est l’outil des politiques d’action sociale menées par les Etats. Il tire ses lettres de noblesses de textes fondateurs tels la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Dans un premier temps nous traiterons de « l’exclusion » tout en notant ce paradoxe : Les « exclus » sont de fait inclus dans notre société. Les Etats sont face à un défi d’importance. Nos sociétés génèrent une exclusion qui, en posant la question du « comment vivre ensemble » interroge fortement l’idéal démocratique. Que pouvons nous faire ? Et comment ? Quelles sont les réponses des politiques publiques ?

L’espace de démocratie s’adresse à tous. Comment celui-ci prend-il place auprès de la population la plus en difficulté ? C’est ce que nous tenterons de voir le 2ème jour.

Enfin le 3ème jour nous verrons comment une pratique démocratique en travail social peut être un outil pertinent qui redonne du sens à nos interventions. Le travail social a certainement à voir avec la « démocratie participative » qui rapproche les citoyens de leurs élus.

Les ateliers quant à eux seront là pour vous permettre d’échanger sur vos expériences en prenant appui sur les témoignages des animateurs qui eux aussi ont développé des compétences spécifiques. En effet au-delà des constats, les « pratiques démocratiques » du travail social existent bien.

Enfin, je voudrais remercier l’équipe de préparation de ces journées et notamment l’ANAS Gironde qui s’est entièrement mobilisée pour la réussite de ces journées. Au nom de l’équipe de préparation, je salue aussi l’ensemble des intervenants qui vont enrichir notre réflexion.

Nous vous souhaitons la bienvenue à vous ainsi qu’aux représentants des institutions, des organisations et des associations que nous avons invitées pour ces journées. En marge des débats, n’hésitez pas à les rencontrer, les interpeller, les écouter. C’est un moment unique, alors, profitons-en !

Didier Dubasque
Président de l’ANAS

Dimanche 20 Juin 2004



Communiqués ANAS | Protection de l'enfance | International | Déontologie | Formation | Santé | Congrès - Colloques - Conférences