Envoyer à un ami
Version imprimable

pour le droit au logement : manifestation des travailleurs sociaux le 13 mars


L'ANAS soutient le collectif des travailleurs sociaux d'île de France qui a appelé à manifester le samedi 13 mars. Des collègues qui veulent manifester avec l'ANAS se retrouvent au siège de l'association jusqu'à 13h15 dernier délai. Départ groupé ensuite Place de la République. Pour toute précision, vous pouvez appeler au 06 79 62 50 31. Sinon rendez-vous sur le lieu de départ de la manifestation



pour le droit au logement : manifestation des travailleurs sociaux le 13 mars
En effet le 15 mars sonne la fin de la trêve hivernale des expulsions locatives. Vous êtes invité(e) à manifester votre opposition à toute expulsion sans relogement ce samedi 13 mars à Paris.
voici le texte de l'appel à manifester élaboré par le collectif :

Un toit c’est un Droit ! Toutes et tous ensemble contre les expulsions sans relogement

Samedi 13 mars à 14h Place de la république.

Le 15 mars sonne la fin de la trêve hivernale des expulsions. Locatives :
Des dizaines de milliers de familles qui sont l’objet d’un jugement d’expulsion devront quitter leur logement, de gré ou de force, poussées par les huissiers et la police, ou simplement « la peur du gendarme »,..sans autre solution au mieux qu’un hébergement de quelques nuits...

Les délais sont de plus en plus courts et rares,le nombre d’expulsions augmente, en particulier en ile de France..

Les locataires modestes, mis parfois dans l’impossibilité de payer leur
loyer, sont les premiers touchés : évincés de l'ASSEDIC, amputés de l’ASS, condamnés au RMA, intermittents, artistes et autres nouveaux précaires , Immigrés, jeunes, étudiants, handicapés, familles nombreuses, parents isolés et désormais de plus en plus de salariés et de retraités modestes …

Expulsés car ils ne peuvent plus payer un loyer excessif, car leur propriétaire leur a donné « congé », ou parce qu’ils n'ont pas trouvé d'autre solution pour se loger que d'occuper un de ces 409 000 logements vacants que compte la région .

Une expulsion aujourd’hui, c’est l’errance urbaine dans des foyers, des hôtels ou des abris de fortune, l’éclatement de la famille, la spirale de la grande exclusion …

La hausse des expulsions ce n’est pas un hasard :
Avec la précarisation des locataires, la spéculation immobilière orchestrée par les groupes financiers, la flambée des loyers incontrôlée, l’insuffisance de logements sociaux, la destruction des logements privés bon marché se poursuivant, la crise du logement frappe de plus en plus d’habitants .

Les principaux responsables sont avant tout les pouvoirs publics en particulier le gouvernement : Il réduit les budgets pour la réalisation de logements sociaux et les allocations logement ; il alimente la spéculation par des d'allégements fiscaux au bénéfice des hauts contribuables ou par la vente massive du patrimoine immobilier du secteur public ; il privatise logement social par exemple par la vente des HLM ; il favorise les expulsions en réduisant les aides aux locataires en difficulté (Fonds de Solidarité Logement) et en commandant aux Préfet réduire les sursis aux expulsions.…

Nous demandons au gouvernement, aux Préfets de région et des départements, aux responsables politiques, aux élus compétents :

-Un moratoire sur les expulsion,

-Le relogement préalable à toute expulsion

-Des mesures budgétaires et législatives pour prévenir les expulsions

- La réalisation dans la région, et en urgence, de 300 000 logements sociaux (1 million pour la France)

- La mise en place du droit au logement opposable (saisie du juge pour demander l’application concrète du Droit au logement)

- La réquisition des logements vacants par les autorités afin de répondre à la demande.

Appelant à la manifestation : AC !, ACDL, APEIS, Collectif logement 3e, Collectif des Travailleurs Sociaux d’Ile de France pour le Droit au logement (75, 93, 94 ), CGT chômeurs, SUD Santé Sociaux, Droit Au Logement, G10 solidaire, Sud PTT …

Jeudi 11 Mars 2004
Dubasque