Partage d'expérience d'une ISIC sur l'estime de soi

Nous avons reçu de la part d'une adhérente souhaitant partager son expérience une proposition d'article sur l'ISIC et l'estime de soi. Voici son témoignage :

ISIC et estime de soi
Outils et méthode

Résumé :
 
L'intervention sociale d'intérêt collectif (ISIC) est un mode d'intervention valorisante pour le professionnel, bénéfique pour l'usager et rapidement efficiente dans l'accompagnement social. C'est une co-construction qui remet la relation humaine au coeur de la pratique. Elle permet une émulation sans précédent chez les usagers et leur redonne le pouvoir d'agir. Ma pratique dans ce domaine a pu donner des résultats inespérés sur le thème de l'estime de soi.
 
Liste des mots-clés :
ISIC, pratique de l'assistant social, accompagnement social, techniqiues d'entretien, médiation artistique, estime de soi.
 

L' Intervention sociale d’intérêt collectif (ISIC), est un mode d'intervention dans la boite à outils de l'assistante sociale. C'est une co-construction qui permet à l'usager de prendre appui sur le groupe - qui représente un lieu suffisamment stimulant et sécure - pour  développer son autonomie et ses capacités d'agir.
 
Ma pratique dans ce domaine a pu donner des résultats positifs inespérés sur le thème de l'estime de soi.
Lorsque l'accompagnement social souvent en Intervention sociale d'aide à la personne (ISAP) « patine », que l'usager va d'échec en échec, ne parvient plus à aller au bout de ses démarches, subit les multiples parcours d'insertion mis en place par nos institutions,  fait preuve d'immobilisme, il y a fort à parier  - outre les freins liés aux déficiences cognitives et autres difficultés de compréhension - que l'usager souffre d'une estime de soi basse qui ne lui permet pas de prendre appui pour rebondir. Il faut à mon sens se poser la question de l'estime de soi et accepter de travailler sur ce thème. C'est un sujet complexe à aborder et encore plus compliqué à faire évoluer dans le cadre de l'ISAP. Mais la méthode collective peut apparaître comme une source inestimable d'innovation, de liberté et d'évolution. Faire l'impasse de cette notion essentielle qu'est l'estime de soi, et qui est le cœur même de la plupart des problématiques rencontrées en service social est le chemin le plus court vers l'échec et l'immobilisme. Les aspirations professionnelles ne peuvent se faire jour que lorsque tous les autres besoins ont été assouvis comme indiqué dans la pyramide des besoins d'Abraham Maslow 1943.  L'estime de soi fait partie des besoins à traiter avant de vouloir travailler sur l'insertion professionnelle. L'ISIC concernant l'estime de soi va travailler sur le besoin d'appartenance, ne serait-ce que l'appartenance au groupe lui-même. L'ISIC va s'appuyer sur les capacités infinies de l'usager et resituer la personne dans son histoire familiale et sociale. Un travail pourra ensuite être entamé sur le besoin d'estime en exprimant tous ses doutes, en stimulant la parole et le feedback afin que le groupe soit porteur de valorisation et d'image positive qui alimentera l'estime.
 
La mise en place de l'ISIC passe par un constat de terrain d'où en résulteront :
  • un diagnostic social effectué par l'assistante sociale ;
  • la négociation avec son institution et les partenaires locaux ;
  • la préparation matérielle : organisation des rencontres, contenu des séances, création des outils d'animation, d'observation et d'évaluation.
L'ISIC est un temps à part. Nous ne sommes plus dans des injonctions, des justifications pour faire valoir ses droits, des intermèdes téléphoniques, des rendez-vous toutes les demi heures. Non. Nous sommes dans une temporalité autre où la relation humaine prend toute sa place.
 
Dans mon expérience, j'ai choisi de laisser une large place à la médiation artistique. Les participantes au nombre de cinq, bénéficiaires de minimas sociaux et souffrant d'isolement et d'une mauvaise estime de soi, ont pu travailler sur leur ressenti à travers l'argile, le dessin, la pâte à modeler. Pendant dix mois, un lundi sur deux, nous avons pu travailler ensemble sur ce sujet qu'est l'estime de soi. Comment cette estime s'est modelée au cours de notre vie ? Les séances ont permis de verbaliser des vécus douloureux sur lesquels les participantes ont accepté de prendre le temps de l'analyse et du recul. Le jeu de rôle, le dessin de l'arbre de vie, la création à l'argile, les exercices de respiration, sont autant d'outils favorisant la prise de paroles, jouant son rôle de médiateur. L'émotion ressentie dans le groupe a contribué à créer un lien fort d'empathie, de solidarité et a fait naître une dynamique de changement. Je me suis appliquée à encourager le feedback qui a permis de remodeler séance après séance une estime de soi haute, de la nourrir de phrases et d'empreintes  positives. Cela devient ainsi une expérience bénéfique sur laquelle les participantes peuvent venir prendre appui en confiance pour se projeter vers l'exterieur. Le groupe a d'abord servi de cocon protecteur, puis de lieu stimulant avec des activités plus ludiques ayant pour but la restauration de la confiance en soi, pan essentiel de l'estime de soi. Le groupe est devenu un passeur vers la société et les réseaux locaux, vers un début d'autonomie. Chaque séance a été l'occasion pour elles de trouver un espace confidentiel et non jugeant, un lieu d'écoute bienveillante et valorisante. J'ai opté pour une posture inspirée des travaux de Carl Rogers, Les groupes de rencontre, Collection science de l'éducation, 1973, et de la méthode Gestalt, Masquelier-Savatier Chantal, La Gestalt thérapie, Presse universiaire de France, 2013, qui mettent en avant la verbalisation de ses émotions. Cela a été particulièrement efficace pour créer rapidement un lien fort au sein du groupe et pour avancer dans l'analyse de sa problématique de basse estime de soi. Les séances ont alterné avec les rendez vous dans le cadre de l'ISAP, étape indispensable et complémentaire pour un accompagnement global de l'usager. Ces deux outils ont pu débloquer des situations statiques et douloureuses. Il y a eu des cheminement plus longs que d'autres, des freins. Mais le groupe est là et s'adapte au rythme de chacun. Mon rôle a été celui de guide au sein du groupe. J'ai veillé à stimuler la parole de chacun tout en laissant un espace de liberté, le choix de rester en retrait si le besoin s'en faisait sentir. Cette posture a permis aux membres du groupe de se sentir en sécurité et libres d'intervenir ou non. Au final, chacune a pu cheminer, apprendre à prendre soin de soi, reprendre confiance, reprendre le pouvoir de décision sur son existence. Un souffle nouveau a pris forme dans la mesure où elles ont arrêté de subir. Quatre d'entre elles ont pris des décisions importantes pour évoluer dans leur parcours de vie. Je les accompagne maintenant dans le cadre de l'ISAP.
 
Les participantes sont ressorties de cette expérience en notant leur estime de soi avec une note supérieure à la moyenne alors qu'elles avaient donné une notre proche de zéro au départ de l'action. Nous devons tout de même prendre conscience que l'estime de soi est fluctuante d'un jour à l'autre, d'une expérience à l'autre. Il ne s'agit pas d'une image statique et définitive comme l'explique André Christophe, Imparfaits, libres et heureux, pratiques de l'estime de soi, Odile Jacob, 2011. Cependant, à cet instant, au sein du groupe, elles se donnent la moyenne. Les mots qui reviennent le plus souvent dans leur discours sont : respect, bienveillance, écoute, non jugement. Cela a été en effet les piliers fondateurs de ce groupe qui a permis aux participantes de prendre appui pour aller vers l'extérieur et pour changer le regard posé sur elles mêmes.
L'impact sur l'accompagnement social en général s'en trouve simplifié, fluidifié, et la pratique du travail social toute de suite efficiente. L'ISIC vient mettre en quelque sorte un coup d'accélérateur sur l'accompagnement social. Tout semble plus clair, sans filtre, franc, sain. Elles ont pu expérimenter le lien de confiance avec moi et je connais mieux leurs peurs, leurs freins, je peux donc mieux en tenir compte dans mon accompagnement.
 
 
L'ISIC est une démarche de liberté et d'humanité. Mise en place dans de bonnes conditions, elle ne peut apporter que du bien être à l'usager, elle lui permet d'exister, de prendre confiance pour prendre appui et se projeter vers l'extérieur. Elle est valorisante pour le professionnel parce que les résultats se font sentir très rapidement.
Nombre de collègues ont peur de se lancer. Mais elles ont eu cette formation sur L'ISIC, elles sont formées et expérimentées à l'entretien et aux outils d'entretien : reformulation, observation du non verbal, valorisation, écoute bienveillante, etc... C'est tout ce que les usagers demandent. Il n'est pas nécessaire d'avoir des ambitions trop grandes. Tout ce que les personnes demandent, c'est un espace de paroles, et une écoute bienveillante, être pris en compte en tant que sujet-acteur... Et cela nous savons le faire mieux que personne. La relation humaine, c'est ce que nous savons faire de mieux, c'est l'essence même de notre profession.
 
Sylvie MIAUT-KOWALCZUK                    
Assistante sociale


Organisation d'une journée de formation syndicale par SUD Conseil Départemental 93


Vous voudrez bien trouver ci-après la plaquette d’information et d'inscription à la journée d'étude organisée par SUD CD93 le 03 -10-2017 et intitulée "Construire la riposte au tout numérique"


 


Communiqué de presse de la FNEJE sur la valorisation d'expérience des parents



Vous voudrez bien trouver ci-dessous les communiqués de la FNEJE Nationale suite de l'annonce de Madame la Secrétaire d'Etat en charge de l'égalité femmes-hommes de valoriser l'expérience de parents et plus particulièrement des mères en validation d'un diplôme de la petite enfance.

 


Dossier de recherche : NTIC et travail social dans le secteur associatif crise de sens ou outils de professionnalisation ?




Laetitia Della Torre, "NTIC et travail social dans le secteur associatif", Recueil Alexandries, Collections Masters, juin 2017, url de référence: http://www.reseau-terra.eu/article1402.html (document téléchargeable)

 

RÉSUMÉ

 

Le développement récent d’applications mobiles dans le milieu associatif pose la question du lien entre NTIC et action sociale. Or, la diffusion de ces applications a lieu dans un contexte de reconfiguration et de privatisation du secteur. Comment alors s’articulent NTIC et idéologie néolibérale ? Cette dernière est antérieure à l’émergence d’outils numériques dans les années 2000, mais ne peut-on pas dire que les NTIC seraient des sortes de catalyseurs ? Répondre à ces interrogations nécessite de revenir plus globalement sur la nature des technologies, en voyant comment elles peuvent charrier représentations et modèles idéologiques. Or, ce cadre influe sur la réception de ces outils par les travailleurs sociaux, entre résistances et formes d’appropriation dans leurs pratiques professionnelles. Mais, on peut toutefois nuancer ce lien entre NTIC et néolibéralisme. Tout d’abord, ces applications permettraient pour les individus des formes de militantisme paradoxales, entre engagement individualisé, distancé et engagement local. Et surtout, elles posent à nouveau frais la question du contrôle social, déjà soulevée lors du développement de fichiers informatiques. Sachant que ces applications sont abordées dans toute leur ambiguïté, en revenant sur la dialectique qu’elles posent entre outil de contrôle et outil de travail. Le tracé de cette frontière dépend en effet à la fois de l’autonomie du secteur associatif et des dispositifs de protection de données existants.


Journée d'étude : Les relations avec les familles au regard de la participation et de la coéducation (Toulouse)

Le CRFMS ERASME a le plaisir de vous inviter à sa prochaine journée d’étude qui se déroulera le lundi 16 janvier 2017 sur le thème « Les relations avec les familles au regard de la participation et de la coéducation ».
Cette journée d’étude croisera les expériences de parents, les pratiques de professionnel.le.s des secteurs de la protection de l’enfance, du sanitaire et du médicosocial et les résultats de la recherche. Sur ce dernier point, Catherine SELLENET, professeur d’université à Nantes et spécialiste des questions de parentalité et d’interventions auprès des familles assistera à notre journée d’étude.
 
Depuis deux années, le CRFMS ERASME, s’est engagé activement dans des démarches de construction de la formation et des journées d’étude. C’est le cas de cette journée d’étude où les contenus sont co-construits avec des collectifs de parents, des professionnel.le.s, des éducateur.trices en formation. Pour cette raison, le programme détaillé sera communiqué en janvier.
 
La participation à cette journée d’étude est gratuite mais les places étant limitées, il est nécessaire de s’inscrire en ligne sur le lien indiqué dans le document de présentation en PJ.


Communiqué de presse de la FNEJE sur le plan d'action pour la Petite Enfance

Vous voudrez bien trouver ci-dessous le positionnement de la FNEJE Nationale quant à l'annonce par Madame la Ministre Laurence ROSSIGNOL du Plan d'Action pour la Petite Enfance.


Informations du Groupe de Recherche en Histoire du Service Social

Cette première lettre d'information a pour objectif de rendre compte des travaux de l'association, en priorité de l'avancée du projet de dictionnaire biographique du service social. Mais elle est aussi ouverte à la publication d'annonce de travaux de recherche sur l'histoire du service social ainsi que l'annonce de publication des livres et articles sur l'histoire du travail social. Sur ces deux points, le lecteur de "Info Grehss" peut en devenir rédacteur en envoyant des annonces de recherche, des notes de lecture sur des publications.

Vous trouverez également ci-dessous le bulletin "les temps du social" et un bulletin d'adhésion pour l'année 2017 !


Bonne lecture !

 


Journées portes ouvertes de l'IESTS - 21 janvier 2017

L'Institut d'Enseignement Supérieur de Travail Social de Nice ouvrira ses portes le :

21 janvier 2017 de 10h à 17 h (6, rue du Chanoine Rance Bourrey à Nice). 

Lors de cette journée, vous aurez l'occasion de découvrir les formations initiales des métiers du travail social, ainsi que les formations supérieures, autour d'ateliers thématiques sur le formation, l'historique des métiers ou encore les pratiques professionnelles. 

La journée sera ponctuée par des animations. 

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à contacter le 04 92 07 77 97. 


Action sociale et médico sociale : mettre l'éthique en pratique - 12 janvier 2017 Paris

INSCRIVEZ-VOUS http://www.casip-cojasor.fr/colloque-casip-ethique.html

Les préoccupations éthiques sont au cœur des pratiques dans les domaines de l’action sociale et médico-sociale. En effet, les professionnels sont confrontés à des exigences différentes qui peuvent être contradictoires (éducatives, professionnelles, financières, juridiques, administratives, morales, religieuses...). Comment alors incarner des valeurs professionnelles et institutionnelles qui peuvent être en opposition avec des valeurs personnelles ? L’éthique, en tant que confrontation des valeurs individuelles et collectives à la réalité de situations complexes, apparaît comme le champ de réflexion permettant d’aborder cette problématique.

L’incarnation de valeurs dans la pratique passe au préalable par leur appropriation par les professionnels. Cela passe nécessairement par une clarification des concepts (morale, valeurs, éthique, pratique), mais aussi par la place accordée à la réflexion éthique au sein des établissements et des services sociaux et médico-sociaux.

Face à un travail qui repose essentiellement sur la relation humaine, l’articulation entre les valeurs individuelles et collectives apparaît comme un enjeu déterminant dans l’accompagnement des usagers. Sur cette question, une réflexion sur la religion face au principe de la laïcité est indispensable.

Les grands principes théoriques relatifs aux valeurs et à leur appropriation étant posés, qu’en est-il de la pratique dans les établissements et les services sociaux et médico-sociaux ? Sur le terrain, comment cohabitent éthique et pratique lors de l’accompagnement de publics vulnérables, susceptibles d’être confrontés à des problèmes tels que la maltraitance et la fin de vie ? 


10èmes rencontres de l'ODAS les 1er et 2 février 2017 à Angers

10èmes Rencontres nationales de l’ODAS 
 

 

Acteurs locaux et pacte républicain: 

face au défi du vivre ensemble

 

Mercredi 1er et jeudi 2 février 2017 Centre de Congrès d’Angers 

Inscriptions ouvertes

 

Rendez-vous majeur pour les décideurs de l’action sociale, à la veille d’un choix électoral déterminant, les 10èmes Rencontres nationales de l'Odas auront pour thème "Acteurs locaux et pacte républicain, face au défi du vivre ensemble". 

Au programme : 2 jours de réflexion et de rencontres, 4 plénières et 6 ateliers pour sortir du discours défaitiste, prendre de la hauteur et redonner de l’élan au pacte républicain. Rendez-vous les 1er et 2 février 2017 au Centre des congrès d’Angers. Les inscriptions sont ouvertes.
>  
Notre devise nationale aurait-elle perdu son sens ? La Liberté et l’Egalité semblent dorénavant s’épanouir sans la moindre référence à la Fraternité. Or, la progression de l’insécurité, dans tous ses aspects, ne peut se combattre durablement que par la revitalisation des liens et des repères. Consolider le vivre-ensemble, revaloriser les valeurs républicaines s’imposent comme autant de sursauts indispensables pour lutter contre toutes les formes de vulnérabilité. Mais pour renforcer sa cohésion, la société française doit pouvoir mieux s’appuyer sur les acteurs locaux (élus, habitants, bénévoles, professionnels…), dont beaucoup sont déjà porteurs d’initiatives. Il est donc urgent de rechercher les voies permettant d’amplifier cet engagement.

PRE-PROGRAMME

L'ensemble des intervenants seront inscrits au programme très prochainement

>>Télécharger le pré-programme et le bulletin d’inscription papier 

 

 

1er février 2017 de 14H00 à 18H30 - Plénières

 
14h00 - 14h15 – Film témoignage de ceux qui s’engagent 
>  
14h15 - 14h30 – Accueil et ouverture des travaux par Christophe BECHU, Sénateur Maire d’Angers, Président de l’Odas et Patrick KANNERMinistre, de la ville de la Jeunesse et des sports 
>  
14h30 - 16h30 - Table ronde - Comment adapter le pacte républicain aux nouveaux enjeux du vivre-ensemble ? 
Quels sont les nouveaux enjeux de la cohésion sociale et territoriale du pays ? Peut-on faire évoluer notre conception de la citoyenneté, de la solidarité et de la démocratie ? Dans quelle direction peut-on réorienter les politiques publiques ? 
> Débat suivi de 30 mn d’échanges avec la salle. 
>  
16h30 - 18h30 - Table ronde - Peut-on mieux définir les rôles respectifs des pouvoirs locaux pour accroitre leur impact sur le vivre ensemble ? 
La décentralisation n’est pas suffisamment perçue comme un atout pour consolider le pacte républicain. C’est pourquoi l’Odas met en débat ses propositions sur l’avenir de la décentralisation, en partant des enseignements des recherches actions effectuées avec des villes, des départements et des caisses de protection sociale. 
> Présentation des constats et des propositions de l’Odas commentés par cinq grands témoins.  

Débat suivi de 30 mn d’échanges avec la salle
 
>  
>

2 février 2017 de 8h30 à 12h30 - Ateliers 

Comment renforcer concrètement l’impact du local sur le pacte républicain ?

 
Atelier n°1 : Acteurs locaux et cohésion territoriale 
> La ségrégation territoriale constitue une menace de plus en plus perceptible. Comment valoriser les territoires en difficulté, qu’ils soient urbains ou ruraux ? 
>  
Atelier n° 2 : Acteurs locaux et cohésion intergénérationnelle 
> La perception du vieillissement est principalement façonnée par l’inquiétude qu’il suscite. Alors que dans d’autres pays la relation à l’âge est plus positive. Comment s’en inspirer ? 
>  
Atelier n° 3 : Acteurs locaux et soutien à la jeunesse
Le soutien à la jeunesse ne peut être l’affaire d’une seule collectivité. Comment partir de diagnostics communs pour parvenir à de nouvelles réponses ayant comme point d’orgue le développement du lien social. 
>  
Atelier n° 4 : Acteurs locaux et développement de la citoyenneté 
Comment s’appuyer sur la diversité culturelle, générationnelle, territoriale, pour passer d’une posture de défiance à la construction d’un projet commun et à l’implication de tous dans sa mise en œuvre ? 
>  
Atelier n° 5 : cohésion sociale et co-construction des politiques
> L’optimisation des politiques publiques pourrait être facilitée avec une meilleure cohérence entre les divers acteurs et une véritable participation des habitants. Comment parvenir à une gouvernance réellement participative et partagée ? 
 
Atelier n° 6 : Acteurs locaux, travail social et expertise locale
 
> Malgré la prolifération des diagnostics de toutes sortes, il est rare que les collectivités publiques se dotent vraiment d’indicateurs efficients élaborés avec les travailleurs sociaux. Comment renforcer le lien entre expertise, travail social et gouvernance ? 
>  

>


12h30 – 14h00 - Déjeuner buffet 
>
 
 

2 février 2017 de 14h00 à 17h00 - Plénière

 
14h00 - 14h30 - Synthèse et présentation des propositions des ateliers 
>  
14h30 - 16h30 - Table ronde Comment parvenir à une véritable République décentralisée ? 
> Cette table ronde permettra à des responsables politiques et associatifs de réagir aux propositions des ateliers. De plus des questions de la salle formulées par écrit contribueront à enrichir les échanges. 
> Débat suivi de 30 mn d’échanges avec la salle 
>  
16h30 - 17h00 - Conclusion des rencontres par Christophe BECHU, Président de l’Odas
 
>

 



>>Télécharger le pré-programme et le bulletin d’inscription papier 
>

 

CONDITIONS D’INSCRIPTION

 

1 – ORGANISATION 
L’Organisateur de ce colloque est l’ODAS, 250 bis bd Saint-Germain, 75007 PARIS. Demande d'agrément d'organisme de formation en cours. 
2 - MONTANT DES FRAIS DE PARTICIPATION 
Pour la totalité de la manifestation, soit deux jours, ateliers, déjeuner du jeudi inclus : Plein tarif : 330 euros par participant(e). Tarif adhérent : 270 euros par participant(e). Tarif dégressif à partir de 5 inscrits par institution (-20%) Nous contacter pour d’éventuelles demandes particulières (groupes, étudiants…). 
3 - INSCRIPTION 
Pour s’inscrire, il est nécessaire de retourner le bulletin d’inscription dûment complété et accompagné : 
● du règlement des frais de participation, par chèque à l’ordre de l’ODAS ; 
● ou, pour les administrations, d’une lettre valant commande. 
4 - VALIDATION D’INSCRIPTION 
Chaque inscription fait l’objet d’une confirmation par courrier électronique au participant. 
5- CHOIX DES ATELIERS 
Le choix des ateliers doit être précisé sur le bulletin d’inscription, à raison de deux choix par ordre de préférence. L’enregistrement en atelier se fera au fur et à mesure de l’arrivée des inscriptions. Si l’atelier choisi en priorité est complet, l’organisateur se réserve le droit d’inscrire le participant dans l’atelier mentionné en second choix. Si ni l’un ni l’autre ne sont disponibles, il contactera le participant. 
6 – ANNULATION 
Toute annulation doit nous être communiquée par écrit avant le 25 janvier 2016. Aucune annulation ne sera prise par téléphone. Au-delà de cette date, les frais d’inscription sont dus en totalité. 
7 – FACTURATION 
Pour toute inscription confirmée, l’organisateur adressera une facture à l’issue de la manifestation. 
8 - ATTESTATION DE PRÉSENCE 
Une attestation de présence sera jointe à la facture délivrée à l’issue de la manifestation. 
>

INFORMATIONS PRATIQUES

 
DATES ET LIEU 
Les 10èmes Rencontres nationales de l’Odas « Acteurs locaux et pacte républicain - Comment restaurer le vivre ensemble ? » se dérouleront les Mercredi 1er et jeudi 2 février 2017, au Centre de Congrès d’Angers, 33 Boulevard Carnot, 49100 Angers 
>  

ACCES 

Venir à Angers 
- En train : liaisons quotidiennes SNCF à destination d'Angers. 1h30 de Paris et 3h30 de Lyon et Lille 
- En avion : Angers Loire Aéroport à 15 mn du Centre Ville. Aéroport de Nantes-Atlantique à 45 mn d'Angers par l’A 11 
- En voiture : Autoroutes A11 (Paris-Angers-Nantes), A85 (Tours-Saumur-Angers), A87 (Cholet-Niort). 

Venir au centre des congrès 
- En bus : emprunter les lignes n°1, n°2, n°3, n°4 et n°7. Descendre à l'arrêt Mendès. 
- En taxi : Station Allo Anjou Taxis, Place Mendés, au pied du Centre de Congrès. Pour plus de renseignements : 02.41.87.65.00 
- En voiture : Pour GPS : ANGERS. Longitude : 00°32'45 ouest. Latitude : 47°28'27" NORD 
>

 

 

 

 

 

Comment renvoyer votre bulletin d’inscription ?
 

>

À remettre dès que possible à votre service formation qui nous transmettra votre demande après l’avoir validée ou, en l’absence de service formation, à renvoyer : 

 
1. Par courrier accompagné de votre règlement (voir conditions d’inscription) : 
Odas 
250 bis boulevard Saint-Germain 
75007 Paris 
>  
2. Pour les administrations, accompagné d’un bon de commande : 
- Par courrier à l’adresse ci-dessus 
- Par fax au 01.44.07.02.62 
- Par mail à secretariat@odas.net  
>  

>

L’inscription sera confirmée par mail au service formation et au participant. 
>  
>  


Vous pouvez également remplir votre bulletin d'inscritpion en ligne à l'adresse suivante : http://odas.net/10e-Rencontres-nationales-de-l-ODAS-Acteurs

>

 

 

 


>>Télécharger le pré-programme et le bulletin d’inscription papier

BULLETIN D’INSCRIPTION

10èmes Rencontres nationales de l’Odas
 
PARTICIPANT 
M. ❏MME 
Nom et prénom:
.............................................................
Organisme:
.............................................................
Adhérent de l’ODAS :  OUI  NON 
Fonction :
.............................................................
Service:
.............................................................
Téléphone :
.............................................................
Portable:
.............................................................
E-mail (indispensable):
.............................................................
Adresse:
.............................................................
Code postal/ville:
............................................................. 
>  
ATELIER CHOISI 
(indiquer le n° d’atelier choisi)  
>  
> Choix 1 (votre préférence) : 
atelier n°.............................................. 
>  
> Choix 2 
(à défaut de place pour votre choix 1) : 
atelier n°.............................................. 
>  
SERVICE FORMATION 
Personne chargée du suivi de l’inscription:
...........................................................

Téléphone: ........................................
E-mail (indispensable):
........................................................... 
>  
ADRESSE DE FACTURATION 
Organisme :
..........................................................

Service:
..........................................................
Adresse:
..........................................................

Code postal/ville:
..........................................................

>

 
>

Pour tout renseignement

 

Joachim Reynard

Responsable de la communication 

Joachim.reynard@odas.net

Tél : 01 44 07 00 36 

Standard : 01 44 07 02 52 

Fax : 01.44.07.02.62


1 2 3 4 5 » ... 18