Envoyer à un ami
Version imprimable

Un collectif d'assistants sociaux scolaires dans l'action dans le 94

Communiqué transmis à l'ANAS


Depuis le 2 mai, les assistants sociaux (AS) scolaires du Val de Marne sont réunis en collectif avec le SUAS FP FSU (Syndicat des AS). celui-ci a entrepris de rencontrer les douze députés du 94, afin de les informer sur les raisons de son refus de la décentralisation.

Les lois Organiques seront votées courant juin concernant la decentralisation. Une campagne d’information se déroule actuellement dans les établissements scolaires, en reunion avec les
parents d’eleves, et auprès de nos partenaires.



Un collectif d'assistants sociaux scolaires dans l'action dans le 94
Le communiqué et l'argumentaire en vue de convaincre les députés.

" Le transfert du service social scolaire au conseil général est refusé par l’ensemble des personnels et des organisations syndicales qui les représentent (SGEN-CFDT/ SNASEN-UNSA Education/ SNUAS-FP-FSU).
Il fait courir le risque de déstructuration des équipes éducatives, voire la disparition de nos missions et de notre présence dans les établissements.
Les trois organisations syndicales représentatives des personnels sociaux refusent un tel projet et le désengagement de l’Etat envers les jeunes et les populations les plus vulnérables.

Le service social de l’Education Nationale est un service spécialisé.

Nous voulons continuer à exercer nos missions auprès des jeunes scolarisés telles qu’elles ont été définies par la circulaire de 1991.

L’élève est notre interlocuteur principal .

C’est parce que nous sommes au service des jeunes scolarisés qu’il est essentiel que nous exercions nos fonctions au sein même des établissements scolaires, avec une présence effective et importante dans les collèges et lycées du Val de Marne afin de continuer à aider ces jeunes le plus efficacement possible, et à faire partie des équipes éducatives.
Actuellement, la majorité des collègues assistants sociaux est présente dans deux établissements maximum, voire un seul sur les établissements particulièrement difficiles.
Les lycées sont également couverts.
Un temps de présence important dans l’établissement permet seul d’établir des relations de confiance avec les élèves, les parents, les membres de l’équipe éducative, une disponibilité, un travail d’équipe institutionnel.
En ce qui concerne les relations avec les familles, l’assistant social effectue des médiations en vue de la résolution des problèmes des jeunes, avec l’objectif d’un rapprochement école-parents.

Un changement de tutelle nous fermerait des portes que nous avons mis plusieurs années à ouvrir.

Nos missions sont les suivantes :

 Ecouter et aider aux élèves en difficulté sociale, familiale, psychologique etc…
 Prévenir les inadaptations
 Prévenir l’échec scolaire
 Prévenir l’absentéisme
 Prévenir la violence
 Participer à la protection de l’enfance et de l’adolescence en danger
 Participer à la prévention des conduites à risque notamment à l’adolescence
 Apporter une approche globale de l’élève aux collègues conseillers d’éducation, professeurs, au sein des équipes éducatives
 Participer au projet d’établissement
 Organiser et participer aux actions collectives de prévention avec les personnels de santé , conseillers d’éducation, professeurs, notamment autour de l’axe citoyenneté et responsabilisation des élèves .
 L’assistant social est aussi conseiller social du chef d’établissement et de l’équipe éducative.

Nous devons continuer à fonctionner en district tels qu’ils existent à l’Education Nationale de façon à garder une cohésion de service. Un découpage différent n’aurait aucun sens et conduirait à nous éloigner des élèves et des collègues à l’intérieur des établissements. Or le découpage administratif en vigueur dans les Conseils Généraux est différent.
Nous devons continuer faire partie intégrante des équipes éducatives, et à avoir accès aux informations spécifiquement éducation nationale : Bulletin Officiel, circulaires etc…, et pour cela avoir accès à la documentation des Centres de documentation au sein des établissements.
Nous devons aussi continuer à participer aux objectifs prioritaires de la politique de l’inspection Académique en matière d’éducation et de prévention.

La Conseillère Technique Responsable Départementale

Outre son activité de responsable du service social en faveur des élèves, elle est membre de différents groupes de travail spécifiques à l’EN, à la demande de l’Inspecteur d’Académie. Cette institutionnalisation légitime la place du service social au niveau départemental et son implication sur le terrain.
Ces groupes sont les suivants:

 Les classes relais
 Les ateliers relais
 Les classes non-francophones
 Les Réseaux d’Ecoute, d’Appui et d’Accompagnement des Parents (REAAP)
 La lutte contre l’absentéisme :
1. Valorisation du travail en équipe éducative
2. L’absentéisme en collège
3. L’absentéisme en lycée
4. Partenariat avec la CAF
 Le schéma départemental de protection de l’enfance
 La lutte contre les discriminations sexistes
 Le groupe EN /PJJ/ASE
 Le lien avec les PEP

La Responsable Conseillère Technique de l’Inspecteur d’Académie doit pouvoir continuer à exercer ses missions, et pour cela être présente dans les locaux de l’Inspection Académique, de façon à être dans une relation de proximité avec les différents chefs de service avec lesquels elle travaille au quotidien.


Nous voulons conserver notre spécificité de service social spécialisé scolaire, avec une dimension éducative au service des élèves. La proximité est une réalité de terrain. Le transfert remet complètement en cause cette notion. "



Mercredi 14 Mai 2003
Dubasque