Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Travail Social et Cohésion Sociale en Europe : les résultats de la rencontre de Paris


La Fédération des Travailleurs Sociaux avait décidé lors de l’Assemblée Générale de la FITS Région Europe à Chypre, d’organiser une rencontre sur la Cohésion Sociale, Les objectifs de ce travail étaient d’analyser les problématiques liées à l’exclusion, à la cohésion sociale, de dégager les politiques sociales et d’analyser la place du service social. Les différentes délégations européennes regroupées par zone géographique, se rencontrèrent. Ainsi, à Paris, se sont retrouvées la délégation des associations représentatives d’Assistants de service social ou de travailleurs sociaux espagnole, française, italienne maltaise, norvégienne, portugaise, russe. Les conclusions de ces deux jours feront l’objet d’une synthèse avec les autres conclusions et seront transmises au Conseil de l’Europe. Chaque pays a exposé brièvement son propre rapport qui avait été élaboré selon une trame commune selon les objectifs donnés ci-dessus.



Atelier de Travail Subrégional – Paris 17 et 18 mars 2006

Travail  Social et Cohésion Sociale en Europe : les résultats de la rencontre de Paris
Nous vous transmettons les premières conclusions :

D - RESULTATS - MODÈLES TRANSVERSAUX

1 – Causes et modèles entravant la cohésion sociale
Les freins suivants ont été identifiés par l’ensemble des pays :
a) Manque de connaissance, de conscience et idée fausses sur les formes émergentes de pauvreté
b) Manque de participation civique, individualisme, apathie, aliénation et démotivation
c) Manque de capacité à se prendre en charge résultant d’impuissance ou de violence
d) Manque d’intérêt, de responsabilité
e) Absence ou inéquation des instruments juridique et de politique sociale au regard de toutes les formes d’inégalité et de discrimination
f) Manque de collaboration interprofessionnelle et partenariale
g) Développements sociaux et économiques non coordonnés
h) Défaut de pratique déontologique de la part des médias contribuant à plus de discrimination et de stigmatisation des plus vulnérables. Bien que la liberté de la presse soit indispensable, celle-ci doit également être sensibilisée aux constantes évolutions des phénomènes sociaux

2 – Valeurs sous-jacentes et Principes de la Cohésion Sociale
a) Sentiment d’appartenance et d’identité, valeur partagée, sentiment d’appartenance à une communauté
b) Inclusion et universalité des soutiens, des services, des lois et des politiques
c) Intégration et coordination des politiques, des services, des lois et des pratiques professionnelles et approche du développement en règle générale (sentiment de cohérence et de cohésion en opposition à la fragmentation de la société)
d) Rôle actif et responsabilité de tous à notifier , réagir,dénoncer
e) Participation à tous les niveaux y compris le management des affaires publiques, des associations à contrario de la désillusion politique, de l’aliénation, de la violence, de l’apathie
f) Reconnaissance du pluralisme non seulement en actes mais aussi en tant que vertu c’est à dire une attitude de tolérance et une valorisation des différences et lutte contre la stigmatisation et la discrimination
g) Approche basée sur les droits des personnes y compris l’exigence que les institutions publiques et privées garantissent et défendent les droits des personnes

3- Rôle du Travail social dans la promotion de la Cohésion sociale
Durant l’atelier de travail, lors de cette rencontre , nous avons identifié un certain nombre d’actions communes aux travailleurs sociaux à travers l’Europe. Les fonctions des rôles suivants comme moteur de la Cohésion Sociale peuvent être clairement montrés, tout spécialement en référence aux valeurs et problèmes principaux relatifs à la Cohésion Sociale énumérés ci-dessus :
a) Education : Les travailleurs sociaux jouent un rôle éducatif auprès des adultes, des enfants et des familles sur leurs droits ; dans un contexte permissif, ils jouent le même rôle auprès de la société globale sur la nature des phénomènes sociaux émergents/ des droits de l’homme / de la discrimination…etc au travers des médias, dans l’organisation d’actions collectives, dans l’organisation de séminaires et de conférences, au travers de leurs contacts avec les autres professionnels, les travailleurs sociaux sont à même de sensibiliser les autres professionnels sur la nature des problèmes, des usagers des services sociaux . Partager leurs connaissances des compétences nécessaires aux personnes pour être en capacité de faire face/répondre/prendre en charge un environnement en modification permanente ce qui peut le rendre problématique , par exemple, la recherche d’un emploi ou faire face à un deuil ou à une séparation conjugale Dans tous les pays présents le travail effectué par les travailleurs sociaux joue un rôle-clé.
b) Défense des droits : Se sentir responsable des personnes vulnérables et être la voix de ceux qui ne sont pas en position de défendre leurs propres droits et besoins est un rôle –clé du travail social qui peut être repéré dans les actions menées par les travailleurs sociaux, ceci incluant également une collaboration rapprochée ou une représentation dans les commissions nationales qui garantissent les droits des citoyens
c) Pouvoir d’agir : Afin de favoriser le sentiment d’une saine participation, la défense des droits, en travail social est jumelée avec la capacité que l’on peut redonner à chacun de se prendre en charge soi-m^me. Nous entendons par l’aide à reprendre du pouvoir sur sa vie non pas inciter à la violence mais permettre à la personne d’exprimer et faire entendre clairement et de manière effective leurs opinions et leurs besoins.
d) Coordination : Le travailleur social se situe souvent à l’interface de plusieurs systèmes : la personne, l’organisation pourvoyeur de service, la loi, la communauté, les autres professionnels et d’autres encore. Cette position bien que complexe a permis aux travailleurs sociaux dans de nombreux pays à prendre naturellement en charge la coordination et une approche intégrée.
e) Une pratique créative et réfléchie : Grâce au maintien de la supervision, tout au long de l’évolution professionnelle, individuelle ou en groupe, les travailleurs sociaux font constamment retour sur leur pratique et les tendances émergent du terrain. Cela permet d’être en situation d’analyse de façon critique. des situations auxquelles ils sont confrontés et de répondre de façon créative à un contexte social en constante évolution ainsi qu’aux problèmes sociaux émergents que leur présentent les personnes à la recherche d’aides de formes différentes. Cette information précieuse l’est d’autant plus qu’elle est utilisée à destination de la pratique, du développement des services, des politiques et des lois.
f) Le travail social communautaire est particulièrement important dans la promotion de la Cohésion Sociale grâce à son contact direct avec la réalité des communautés.
g) Réseaux : Les travailleurs sociaux à travers l’Europe collaborent, interfèrent, sont affiliés ou associés avec des ONG variées, des services , des centres communautaires, groupes et associations à des niveaux régionaux, nationaux et internationaux. Le travail en réseau est utilisé pour apporter des services, des aides et des opportunités à nos usagers.

4- Le rôle des Associations de Travail Social dans la promotion de la Cohésion Sociale
Dans leur rôle de promotion de la Cohésion Sociale, les Associations des différents pays sont dans une position d’indépendance qui leur permet de compléter certaines fonctions du travail social que les professionnels de terrain ne sont pas toujours en capacité formelle ou informelle de remplir.Les fonctions incluent :
a. Être une voie pour les usagers des services et pour le respect des droits de l’homme à tous les niveaux
b. Être une voie unifiée vers les travailleurs sociaux et porter leurs retours du terrain vers ceux qui font de la politique et la société en général
c. Mettre à la disposition des travailleurs sociaux une formation qui permette à la profession de rester dynamique et porteuse des besoins émergents basés sur les retours de terrain des professionnels plus que sur les besoins des instituions.
d. Promouvoir et développer la législation relative à la profession qui permette de promouvoir la Cohésion Sociale
e. Etablir des relations de travail avec les grands corps nationaux, les commissions, les conseils et les intermédiaires pour favoriser l’adoption des principes et des valeurs sous-tendant la Cohésion Sociale ;
f. Travailler en réseau avec d’autres associations, organisations et groupes nationaux et internationaux pour l’échange et le partage des connaissances d’information, de politiques et de méthodes pratiques sur tout le territoire. Ceci favorisant une cohérence de réflexion et d’action.
g. Eduquer et travailler avec les médias sur des problèmes de discrimination, d’injustice, de stigmatisation et sur les phénomènes sociaux en émergence.

E - RECOMMANDATIONS

1- Reconnaissance et adoption des Valeurs et des principes de la Cohésion Sociale dans les politiques nationales, les politiques de services, les codes de déontologie du travail social
2- Promotion des Valeurs et des Principes de la Cohésion Sociale
3- Etablir et promouvoir des instances indépendantes (commissions, Intermédiaires etc, ) qui soient indépendantes d’organisations politiques
4- Encourager la participation civique et le sentiment d’appartenance grâce à des services aux personnes
5- Reconnaître le rôle de travailleurs sociaux dans sa connaissance des systèmes et de la société plutôt que comme simple pourvoyeur d’un service spécifique
6- Reconnaître formellement le besoin de coordination des services incluant plusieurs professions et acteurs
7- Donner clairement aux personnes le droit de se coordonner ou de choisir un coordonnateur des aides qu’elles reçoivent
8- Eduquer la société et les individus aux droits de l’homme et aux droits des utilisateurs de services
9- Eduquer et travailler avec les acteurs sur des problèmes de discrimination, d’injustice, de stigmatisation et les phénomènes sociaux en émergence
10- Inclure activement les usagers et les professionnels de terrain dans l’élaboration des problèmes à tous les niveaux afin de répondre aux besoins émergents.
11- Les associations et les écoles de travail social devraient devenir plus actives dans la formation des travailleurs sociaux aux droits de l’homme, à l’action sociale et à l »’empowerment »
12- Les travailleurs sociaux devraient être mis en capacité de jouer leurs rôles non seulement dans la relation individuelle et la relation d’aide mais on devrait également leur donner du temps, de l’espace, des ressources et l’autonomie requise pour travailler avec les différents systèmes, la société et l’action sociale.
13- `Afin de lutter contre les sentiments d’insécurité et le manque de tolérance et de solidarité, l’Etat doit clairement montrer son engagement à assumer ses responsabilités sociales et embrasser clairement les Valeurs et Principes de la Cohésion Sociale.

CONCLUSION

L’atelier de travail a commencé par l’analyse des différents problèmes et conditions sociales reflétant un manque de cohésion sociale dans les différents pays. Cependant ses problèmes étaient si diversifiés qu’il nous a semblé que des recommandations quelque peu valides nécessiteraient un rapport entier pour chaque point ! Bien qu’en valeur nominale certains problèmes puissent paraître communs dans différents pays, comme le chômage (nonobstant la proximité géographique et culturelle du groupe ), divers pays se caractérisent par des pratiques administratives particulières.

Les principes identifiés dans ce rapport sont des modèles transversaux observés en règle générale dans tous les pays représentés à l’atelier

On peut les voir ainsi :
- La structure sur le terrain du concept évolutif de cohésion sociale
- L’esprit, les valeurs et la base éthique de la Cohésion Sociale en Europe
- Les causes sous-jacentes qui gênent le développement de la Cohésion Sociale en Europe
- Les recommandations qui pourraient guider les services, les professionnels, les politiques et - les lois à promouvoir la Cohésion Sociale de façon efficace et consistante.


Lundi 11 Décembre 2006



Communiqués ANAS | Protection de l'enfance | International | Déontologie | Formation | Santé | Congrès - Colloques - Conférences