Envoyer à un ami
Version imprimable

Rencontre avec les ASH


«Nous ne pouvons accepter l’idée de politiques discriminatoires»

Le n° 2296 des Actualités Sociales Hebdomadaires ( du 31-01-03 ) a publié un entretien avec le président de l'ANAS qui fait le point sur l'association et ses sujets de mobilisation



Rencontre avec les ASH
Vos journées d’études sont consacrées au «grand chambardement» du travail social. Quelles en sont, à vos yeux, les principales mutations ?

On assiste à un changement fondamental dans l’organisation du travail. Les services se restructurent, donnant par exemple la primauté au territoire. On ne peut plus aujourd’hui se cantonner au huis clos de la relation duelle. D’autres modèles professionnels se développent, comme le travail en partenariat, autour de projets de grande envergure… Par ailleurs, les travailleurs sociaux sont appelés de plus en plus à intervenir dans des situations de catastrophe comme dans la Somme, lors des inondations, ou à Toulouse, après l’explosion de l’usine AZF. Ce sont des situations où ils sont très exposés, alors que d’habitude ils agissent plutôt dans l’ombre. D’une façon générale, les travailleurs sociaux subissent de nouvelles pressions : on leur demande des actions visibles, des réponses immédiates et aussi, de plus en plus, des résultats. Il faut qu’ils soient capables d’apporter des réponses claires sur ce qu’ils peuvent faire et ce qui n’est pas de leur ressort.

Dans ce contexte, comment définissez-vous la mission de l’ANAS ?

Lors de l’assemblée générale de juin 2002 (2), l’association, après consultation de ses adhérents, a décidé de se recentrer sur les attentes et les besoins des assistants de service social, qui sont 36 000 en France, et dont l’intérêt est de disposer d’une représentation professionnelle. Nous avons donc développé les avis techniques, en réponse aux sollicitations de nos adhérents et des collègues. Nous avons aussi remis en route les commissions de travail (3). Toutefois, même si, lors de la consultation de nos adhérents, les 400 réponses dépouillées montraient que les assistants de service social ont envie de se retrouver pour échanger sur le métier et ne sont pas favorables, dans leur majorité, à la constitution d’une association regroupant tous les travailleurs sociaux, diplômés d’Etat ou non, il apparaissait néanmoins important pour eux de travailler en parallèle avec d’autres partenaires du travail social.

C’est la raison pour laquelle nous mettons en avant notre présence au sein de la « Conférence permanente des organisations représentatives des acteurs professionnels du social » (4). Au cours de nos journées d’études, nous organisons ainsi un atelier sur les associations partenaires de l’ANAS : celles de la conférence permanente, mais aussi des associations d’usagers ou proches des usagers : ATD quart monde, AC !. Il s’agit là de continuer le débat pour la construction d’une entité plus large. En fait, nous aimerions qu’il existe dans le travail social l’équivalent du collectif Alerte, qui rassemble des associations de lutte contre l’exclusion : des associations qui gardent leur autonomie mais se retrouvent sur les questions de fond. Et il y a matière actuellement.

Quels sont vos motifs de préoccupations ?

Dans l’immédiat, la remise en cause de la couverture maladie universelle (CMU) et l’aide médicale d’Etat (AME). Ce sont les plus démunis qui devraient prendre financièrement en charge leur propre santé ? Les bras nous en tombent ! Les titulaires de la CMU et de l’AME sont évidemment les premières victimes. Mais les tra-vailleurs sociaux sont en première ligne : recevoir quelqu’un dans son bureau et ne rien pouvoir faire parce que la personne n’a pas ses papiers en règle, c’est insupportable, et cela place les collègues dans une situation intena-ble. En tant que professionnels, on ne peut pas accepter l’idée de politiques discriminatoires. C’est pourquoi nous appelons à signer les deux pétitions qui circulent actuellement pour le rétablis-sement des dispositions antérieures, à l’initiative de Médecins du monde et de Médecins sans frontières. En outre, que l’on raille les personnes qui se réfèrent aux droits de l’Homme en les surnommant honteusement les « droits-de-l’hommistes », cela nous choque car les droits de l’Homme sont inscrits dans la Constitution. Et l’ensemble du travail social est construit autour des textes fondamentaux relatifs aux droits de l’Homme.
Autre sujet de mobilisation, la levée du secret professionnel induite par le projet de loi sur la sécurité intérieure. L’ANAS a donné un avis sur ce sujet à la demande de la direction générale de l’action sociale. L’article a été modifié par le sénat (5). Mais parallèlement, des collègues ont fait circuler des pétitions et interpellé leur député. Une tâche complexe car la pensée dominante est simpliste : « il faut arrêter les délinquants », un point c’est tout.

Quel est l’état d’esprit que vous percevez actuellement parmi les assistants de service social sur le terrain ?

Il y a incontestablement en ce moment un frémissement, un mouvement. On rencontre tous les degrés de préoccupation parmi les travailleurs sociaux : certains sont révoltés, d’autres inquiets, d’autres se posent des questions. Mais tous ont envie de se retrouver et d’échanger. Nous sommes agréablement surpris, par exemple, par le fait que plusieurs sections de l’ANAS se créent actuellement, dans les Bouches-du-Rhône, la Gironde, le Var. On est aussi en discussion dans le Puy-de-Dôme.

La tendance à la désaffection des assistants de service social pour l’engagement associatif en général et de l’ANAS en particulier serait-elle en train de s’inverser ?

Une chose est sûre, nous avons repassé la barre des 1 000 adhérents. Il me semble que nous sommes à un moment charnière, un passage de relais. Nous avons sondé les adhérents qui nous ont quitté depuis quatre ou cinq ans pour connaître les raisons de leur départ. Parmi les réponses que nous avons obtenues, la majorité émanaient de personnes qui avaient pris leur retraite. Peut-être qu’une génération s’en va et qu’une autre arrive.

Et où en êtes-vous sur le plan financier ?

Le budget est rééquilibré pour cette année. Et nous avons contracté un prêt relais pour apurer le passif. Nous avons énormément réduit les frais de structure, mais aujourd’hui, nous avons les moyens de repartir en vivant selon nos moyens. C’est-à-dire sans faire le pari d’une montée en puissance pour l’avenir. Evidemment, la question qui se posera à terme est celle du recrutement d’un permanent national. Nous ne disposons actuellement que d’un secrétariat.

Dans l’année qui vient, quelles vont-être vos principales échéances ?

Le projet de réforme des études et la perspective de la mise en place de la validation des acquis de l’expérience. Notre commission formation planche actuellement sur le référentiel métier et la VAE, dans le cadre du groupe de travail sur la refonte du diplôme d’Etat, mis sur pied par le ministère des Affaires sociales, qui doit rendre ses conclusions dans quelques mois. Ce groupe a ni plus ni moins la responsabilité de définir ce que va être notre profession dans les quinze prochaines années. Et nous sommes satisfaits de l’option qu’il a retenue, celui de lui reconnaître « un socle de compétences commun qui permet de délimiter un emploi générique et stratégique ». Il a ainsi acté que le diplôme d’Etat doit préparer à intervenir dans de multiples directions, la relation d'aide à la personne, évidemment, mais aussi l’action collective et les projets de développement local.

Propos recueillis par Céline Gargoly

(1) ANAS : 15, rue de Bruxelles - 75009 Paris - Tél. 01 45 26 33 79.
(2) Voir ASH n° 2269 du 28-06-02,
(3) L’ANAS dispose de sept commissions. Ces groupes de travail traitent de la formation, de la déontologie, des assistants de service social intervenant à l’hôpital, de l’encadrement, des étudiants, des relations internationales, des technologie de l’information et de la communication.
(4) Voir ASH n° 2281 du 18-10-02,
(5) Et finalement adopté le 28 janvier dans cette dernière version. Voir ASH n° 2283 du 1-11-02 et n° 2280 du 11-10-02


Lundi 17 Février 2003
C.G.