Envoyer à un ami
Version imprimable

Quelle orientation pour la Revue Française de Service Social ?

RFSS


L’assemblée générale du 22 juin 2002, a voté de nouvelles orientations qui ont l’ambition de rapprocher l’association des préoccupations des collègues de terrain. La Revue Française de Service Social, publication de l’ANAS depuis de longues années ne peut que suivre le mouvement qui s’engage.



Pour concrétiser la volonté des adhérents, nous souhaitons repenser la place et le rôle que nous entendons donner à la revue au regard des stratégies de l’association portées par le Comité National. De notre point de vue, la revue doit s’engager dans trois directions : L’élargissement du cercle des collaborateurs, au niveau du comité de rédaction et en matière de contributions, la redéfinition des objectifs qui lui sont assignés et le développement du lectorat

Nous le savons que trop bien, les travailleurs sociaux écrivent peu parfois pas du tout. Les compétences acquises dans le quotidien de l’expérience professionnelle s’évanouissent trop souvent avec le temps. Elles sont peu exploitées et transmises alors que notre profession se fonde précisément sur des savoir-faire qui se construisent dans la pratique du service social. Les ouvrages de références sont rares, tandis que nous devons sans cesse nous adapter sous l’effet des transformations sociales, politiques et économiques.

La revue s’est, depuis le début, positionnée comme un espace de réflexion, d’analyse, d’explicitation du travail de l’assistant de service social en même temps qu’elle communique aux futurs collègues une histoire de la profession, des méthodes d’intervention. Bref, la revue nous semble essentielle à la profession parce qu’elle participe concrètement à l’établissement et à la diffusion d’un « savoir professionnel » que nous partageons collectivement. Pour cela, il nous faut re-préciser son contenu que nous déclinons à partir de quatre principes :

1- Etre des observateurs attentifs des transformations opérées dans le champ du travail social, de ses recompositions, de ses réorganisations.
2- Porter un regard sur les pratiques (d’ici et d’ailleurs) qui fondent la profession d’assistant de service social.
3- Transmettre une histoire de la profession et des pratiques qui la caractérise.
4- Témoigner de situations professionnelles, d’expérimentations mises en œuvre.

Cette ambition ne peut se poursuivre sans une participation active de celles (et de ceux) qui souhaitent s’arrêter un moment pour prendre un peu de recul, tenter d’analyser leur propre pratique… et voudraient en faire profiter les autres. Cette démarche relève de notre responsabilité collective afin de ne pas déconnecter les futurs collègues de leur histoire professionnelle à laquelle nous contribuons actuellement. De la même manière, nombre de collègues s’engagent dans une formation supérieure en travail social. Les travaux de recherche réalisés dans ce cadre sont aussi peu valorisés. Certains passent plusieurs années à rédiger un mémoire dans le cadre d’une recherche. Le document final termine trop souvent sa vie au fond d’un tiroir.

Notre volonté est de mobiliser les lecteurs, praticiens du service social, associer le plus grand nombre à l’élaboration de la revue et susciter de multiples contributions dont elle a besoin pour se dynamiser. Pour ce faire, il nécessaire de programmer aussi rapidement que possible les thèmes de l’année à venir de façon à laisser le temps à chacun de transmettre son article. A cet égard, vous trouvez, ci-après, la liste des sujets retenus pour 2003. Nous espérons qu’ils susciteront le désir d’écrire en quelques pages le récit d’une expérience ou d’évoquer de manière plus approfondie un aspect d’une thématique.

Le troisième but que nous nous efforçons de poursuivre est de développer notre lectorat. Dans ce domaine, les pistes restent encore à élaborer. Il nous faudra certainement informer de nouveau les centres de formation initiale et continue de l’existence de la revue et de la contribution qu’elle peut apporter dans le processus de formation.

Nous constatons d’ores et déjà combien les récents numéros diffusés sont nécessaires à la profession. Ils accompagnent une véritable évolution de notre métier tout en faisant lien avec notre histoire et les valeurs fondatrices du service social. Ils sont des outils qui nous aident à poser nos actes professionnels et à valoriser une méthodologie porteuse de sens. Les numéros plus anciens ne se « démodent » pas. Les questions posées restent d’actualité et les réponses apportées sont d’une grande pertinence.

La revue constitue donc un enjeu majeur pour notre association. Si, au même titre que le site internet, elle est un lieu d’échange, elle doit aussi s’affirmer en un espace de construction d’un savoir professionnel reconnu qui marque notre détermination à consolider la position de notre profession dans le champ du travail social.


Bien Cordialement,


Didier Dubasque
responsable de la publication

Pascal Depoorter
membre du bureau national
Responsable de Rédaction

Anne Dauvergne
coordinatrice de la Revue

Dimanche 6 Avril 2003