Envoyer à un ami
Version imprimable

Prévention de la délinquance : l’ANAS reste fortement mobilisée...


Rencontres avec tous les acteurs opposés à ce texte et rencontre avec le Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance, L’ANAS reste fortement engagée contre ce projet de loi dont nous dénonçons la méthode et les propositions qui le constitue.



Prévention de la délinquance : l’ANAS reste fortement mobilisée...
Rencontre avec le préfet Bernard HAGELSTEEN, secrétaire général du comité interministériel de prévention de la délinquance
Jeudi 15 juin, nous sommes invités à participer à une réunion sur le projet de loi. Le Conseil Supérieur du travail Social, tout comme la FNEJE, le CNAEMO et la CPO sont invités. Nous y défendrons point par point les positions que nous prenons publiquement sur ce dossier. Conformément à la position que nous avons prise en Comité National le 20 mai, nous ne proposerons pas d’amender ce texte. Seul le retrait et l’instauration d’un véritable débat national sur le sujet.

Participation à la conférence de presse contre le projet

Mardi 13 juin, avec les organisations regroupées contre ce projet de loi à l’appel du Syndicat de la Magistrature (Syndicat de la Médecine Générale, LDH, CFDT Interco, CGT, CPO, France ESF, SNUAS-FP, Pas de zéro de conduites, CNU, SNMPMI, Syndicat des Avocats de France, etc. Voir le texte de l’appel ci-dessous), nous organisons une conférence de presse visant à alerter l’opinion sur les dangers du projet.

Rencontre avec l’Union Nationale des Syndicats Autonomes
L’ANAS a rencontré l’UNSA le mercredi 07 juin à Paris. Le syndicat UNSA est à l’initiative de cette rencontre centrée sur une préoccupation commune : le projet de loi de prévention de la délinquance. Dans ce cadre Didier Dubasque secrétaire de l’ANAS a été entendu par la commission confédérale et interprofessionnelle qui traite des questions sociales. Les participants ont constaté une convergence des points de vue entre les analyses techniques et les réflexions de notre association et celle du syndicat.

Il a été aussi possible de confronter des aspects peu médiatisés du projet de loi qui concerne non seulement les travailleurs sociaux mais aussi les professionnels de santé, de la justice et de la police. Les échanges ont aussi permis de rappeler que l’ANAS ne se situe pas sur le terrain syndical de la défense des salariés. En tant qu’association professionnelle, nous mettons à la disposition de toute organisation et organisme qui le souhaite nos analyses et avis techniques et sommes prêt à travailler avec tout partenaire dès lors que la place de chacun est respectée et qu’elle s’inscrit dans un cadre citoyen et démocratique.

Ce projet porte en germe une vision suspicieuse des personnes. Il modifie radicalement la fonction du travail social. Nous appelons les assistants de service social et tous les travailleurs sociaux à se mobiliser aujourd’hui et jusqu’au passage devant l’assemblée nationale du texte afin de mettre en lumière les aspects inacceptables qu’il contient.

Le 11 juin 2006
Le Bureau National de l'ANAS

Lundi 12 Juin 2006
bn