Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

L'ANAS au ministère des affaires sociales


Marie Andrée Sadot et Didier Dubasque ont rencontré vendredi dernier la conseillère technique de François Fillon au ministère des affaires sociales et Alain Regnier directeur du cabinet de la secrétaire d'État à la lutte contre la précarité et l’exclusion. Cette rencontre fait suite au courrier adressé au ministre (voir texte sur le site) en vue de défendre le niveau des études et du diplôme et de demander une revalorisation du statut des assistants de service social...



L'ANAS au ministère des affaires sociales
Cette revalorisation passe par la reconnaissance à bac + 3 des études ( niveau licence) et par un nouveau statuts au sein de la fonction publique. Nous avons aussi apporté des élements sur les niveaux de formation dans les pays européens. 10 d'entre eux sont déjà au niveau licence, 2 sont d'un niveau maitrise.

Les directives européennes sont très claires sur cette question : il faut former des travailleurs sociaux à un niveau correspondant à la licence, cela dans le cadre des nouvelles règles universitaires européennes ( 3-5-8 ) licence master doctorat.

Lors de cette rencontre, il a été remis à Madame Sitruk un rappel sur ce que nous attendons d'un mémoire de service social. Ce travail de fin d'études est aussi la preuve de la capacité des étudiants de s'engager dans une démarche d'initiation à la recherche de type universitaire.

Voici les proposition de l'ANAS pour le mémoire dans le cadre de la réforme des études :

---------------------------------------------------------------------

Mémoire DEAS

Finalités :

Historiquement, le social s’est constitué comme une interface à d’autres domaines.
Le social tisse de multiples fils, croise tous les aspects de la vie. Le social s’inscrit dans un système complexe. il est composé d’une multitude d’éléments, d’interactions, d’effets directs ou indirects, de rétroaction.

L’objectivation nécessite une prise de conscience critique, une rigueur méthodologique et un test de l’hypothèse. Comprendre, c’est prendre ensemble tous les éléments, les analyser, les confronter, c’est aussi questionner ce qui pose problème dans les modes de pensée et dans les modes de faire pour interpeller et dépasser les fausses évidences, afin d’adapter ensuite les pratiques aux réalités sociales.

C’est une épreuve méthodologique, rigoureuse et scientifique qui doit balayer les éléments théoriques, territoriaux et professionnels par rapport à l’approche d’un phénomène, d’un fait ou d’une question sociale. Une hypothèse sans outils de validation scientifique, devient une affirmation qui peut être en décalage important avec la réalité. Les propositions d’action doivent toujours s’appuyer sur une vérification sinon le projet d’action mis en œuvre peut s’avérer inutile, voire inopportun ou nuisible. Confer ouvrage de J-L LOUBET DEL BAYLE.
Introduction aux méthodes des sciences sociales (Privat 1986), page 20.
« Le mémoire renvoie à la méthode de recherche se définissant comme l’ensemble des opérations intellectuelles permettant d’analyser, de comprendre et d’expliquer la réalité étudiée ».

IL est important que les assistants de service social sachent se situer en tant qu’expert qui propose un avis technique, qui puisse faire des suggestions constructives par rapport à une réalité sociale. La méthodologie doit jouer le rôle de tiers, afin de limiter les risques d’erreurs pour permettre ensuite un travail opérationnel qui intègre les dimensions théoriques, territoriales et professionnelles.



Objectif

L’objectif de cette épreuve contribue à la validation de la compétence de l’étudiant à conduire une expertise sociale. Pour cela, la capacité centrale attendue de l’étudiant est l’acquisition de la démarche de recherche. « Il s’agit d’un mémoire d’initiation à la recherche dans le champ professionnel » ceci suppose la capacité à conduire une démarche de recherche dans son intégralité. On ne peut se former à la recherche que par la recherche, en mettant en œuvre une « méthodologie de recherche en travail social appliquée à une problématique », en étant en capacité de « construire une question de recherche, construire une problématique, élaborer une démarche de recherche et utiliser les techniques de recherche ».

L’étudiant en formation initiale n’est pas en conditions de produire des nouvelles connaissances professionnelles, il est en apprentissage de la méthode de production des dites connaissances. Le regard sera porté sur la démarche d’initiation à la recherche acquise et non sur les résultats.



…/…

Modalites attendues de l’écrit

1. Quant au contenu

Le thème est choisi par l’étudiant et validé par le centre de formation. Il doit « viser à la compréhension ou à l’explicitation d’une question sociale ou d’un phénomène social ou d’expériences de méthodologie d’intervention en articulation avec les interrogations professionnelles, dans le respect des principes éthiques et déontologiques ».

Les capacités à valider par l’écrit du mémoire sont :

 Capacité à prendre de la distance par rapport à ses représentations
 Capacité à construire un objet de recherche, à formuler une question de départ
 Capacité à construire et à élaborer une problématique de recherche
 Capacité à articuler des apports théoriques, des données d’information, des constats de terrain et des interrogations professionnelles
 Capacité à utiliser des techniques de recherche pertinentes
 Capacité à confronter son hypothèse à l’analyse des résultats de l’enquête de terrain
 Capacité à comprendre les limites des résultats obtenus et de la démarche mise en œuvre
 «Capacité à utiliser un vocabulaire adapté »
 Capacité à présenter de façon succincte, un avis sur l’impact de ces travaux, sur la professionnalité. Le candidat devra développer cet aspect à l’oral.

Dans cet écrit l’étudiant doit être capable de montrer de la rigueur méthodologique, de justifier ses choix, de présenter l’intérêt du sujet pour la profession.



2. Quant à la forme

Le mémoire doit comporter entre 50 et 60 pages non compris les annexes, limitées au maximum à 20 pages, et une bibliographie présentée selon les normes en vigueur dans les sciences sociales.

« Quatrième de couverture » présentant l’objet de recherche, les concepts utilisés et la démarche d’enquête.



Modalites attendues de la soutenance orale

La soutenance doit permettre à l’étudiant de montrer ses capacités à :

 Situer sa démarche de recherche par rapport à des interrogations et constats de terrain
 Justifier les choix théoriques et méthodologiques effectués
 Définir l’intérêt du thème pour la pratique professionnelle
 « Présenter l’impact de ses travaux sur sa professionnalité »


Henri PASCAL
Cristina DE ROBERTIS
Marie-Geneviève MOUNIER
Marie-Andrée SADOT

---------------------------------------------------------------------

Lundi 20 Octobre 2003



L'essentiel | Actualités | L'ANAS et vous | La Revue | Les avis de l'ANAS | JNE / JET | Espace Adhérents