Envoyer à un ami
Version imprimable

L’ANAS a accueilli une délégation de travailleurs sociaux du Royaume-Uni représentant l’association professionnelle BASW. (British Association of Social Workers)


L’objectif de cette journée de travail (le 13 décembre à Paris) était de confronter la situation entre les 2 pays en matière politiques sociales et la place donnée aux travailleurs sociaux dans leur mise en œuvre. En effet il est apparu depuis le dernier congrès de Parme, des préoccupations communes entre les professionnels de plusieurs pays. Anglais et Français avaient alors élaboré une motion commune sur la question du respect de la vie privée des personnes les plus fragiles et la remise en cause du secret professionnel.



L’ANAS a accueilli une délégation de travailleurs sociaux du Royaume-Uni  représentant l’association professionnelle BASW. (British Association of Social Workers)
Nous avons travaillé selon le plan suivant :
1- Les règles et les lois nationales des pays qui régulent le partage de l’information.
2- Les origines des demandes de partage d’information.
3- La manière dont celles-ci sont partagés.
4- L’identification des problèmes au regard du respect de la vie privée.

Il est apparu au cours de cette journée de multiples similitudes sur la manière actuelle des gouvernements de conduire l’action sociale et de positionner les travailleurs sociaux avec notamment :

- l’élaboration de lois structurées à partir de faits divers dramatiques, fortement médiatisés. Les situations extrêmes sont utilisées pour être considérées comme la norme justifiant la mise en place d’une législation

- Une mise en œuvre de politique du « workfare state». Au lieu du Welfare State (Etat Providence), il est désormais proposé le Workfare State : il s’agit de remettre les chômeurs au travail en exigeant d’eux ou en incitant l’accès à un travail (emploi public ou non) qui donne droit aux allocations chômage. Le système traditionnel d’indemnisation et de minima sociaux étant accusé de démotiver les chômeurs et d ‘entretenir chez eux une mentalité « d’assistés ».

- Des attentes fortes d’intervention des travailleurs sociaux en matière de prévention et de protection de l’enfance mais aussi de lutte contre la délinquance des mineurs avec en corolaire une demande de transmission des informations.

- Une demande accrue de partage d’informations au nom de la transparence et de la lutte contre les inégalités et la prévention de la délinquance.

- Une demande de résultats quantifiables des actions engagées par les travailleurs sociaux avec des objectifs désignés à atteindre. Une volonté d’inscrire la culture du résultat dans les objectifs de travail auprès des personnes.

Face à ces tendances fortes qui semblent se dégager dans plusieurs pays européens, L’ANAS et la BASW ont élaboré un projet commun de travail qui sera présenté à l’occasion de la prochaine assemblée générale de la Fédération Internationale du Travail Social qui se tiendra à Dubrovnik en avril 2009 .

Lundi 22 Décembre 2008
DD